“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le shopping center du Métropole à Monaco veut jouer sur la nouveauté pour se relancer

Mis à jour le 26/07/2020 à 18:10 Publié le 26/07/2020 à 18:00
Illustration.

Illustration. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le shopping center du Métropole à Monaco veut jouer sur la nouveauté pour se relancer

Le centre commercial, ouvert 7 jours sur 7 pendant l’été, accuse le coup de la période de confinement mais entend jouer sur des nouveautés pour faire venir les visiteurs.

L’année avait pourtant bien commencé. « On était dans le positif » jusqu’en février. Et la fermeture de six semaines imposée par le confinement, équivalant à une perte sèche de chiffre d’affaires a changé la donne. Au cœur d’une saison estivale particulière, le Métropole Shopping Center essaye de remonter la pente.

"La situation est compliquée pour tout le monde. Même si les propriétaires du centre ont fait un effort exceptionnel sur les loyers pendant les mois de confinement, c’est difficile" explique Stephen Valkenborg, qui dirige les lieux depuis trois ans.

Pour les mois de juillet et août, le centre commercial est ouvert 7 jours sur 7 au public, invité à porter un masque dès le passage des portes automatiques. Une contrainte qui n’empêche pas le shopping.

"La première semaine du déconfinement, les gérants de magasins ont été témoins d’un phénomène de revenge shopping dans les boutiques. Ensuite, ça s’est calmé. La possibilité de rouvrir les restaurants début juin, a ramené les gens vers notre centre. Même si le télétravail nous prive d’une clientèle qui nous manque au déjeuner".

Et les visiteurs extérieurs? "Ces dernières années, nous avons été gâtés par des touristes présents qui dépensaient beaucoup" détaille Stephen Valkenborg. "Aujourd’hui, nous observons que le touriste est plus pragmatique. Il dépense moins ou autrement. Culturellement, les vendeurs doivent s’adapter. La fréquentation reste un challenge, mais les chiffres de juillet sont encourageants".

Un détail positif sur lequel le directeur du centre espère capitaliser et éviter ainsi la casse sociale dans des enseignes qui pourraient baisser le rideau face à la crise économique.

Un lieu de passage

Aujourd’hui, niveau occupation de l’espace, le shopping center du Métropole affiche complet. Aucun emplacement n’est vacant. Une satisfaction alors qu’en 2018, seize nouvelles enseignes ont apparu, et onze ont été rénovées.

Que manque-t-il aujourd’hui au centre commercial de Monte-Carlo? "Je dirais que notre sélection est assez homogène. La clé est que nous avons fait du Métropole un endroit où les gens peuvent se retrouver, de passage, sans forcément venir pour faire les boutiques".

Un phénomène provoqué par les enseignes de restauration: le Met Café, Fauchon, Ladurée, Pierre Hermé notamment, qui à chaque étage, sont très sollicitées.

Sans espace vacante, le renouveau côté shopping, Stephen Valkenborg le voit plutôt via des installations exceptionnelles et temporaires de marques dans les parties communes du centre. C’est la politique de l’établissement depuis quelque temps qui a accueilli des griffes Dyptique, Cire Trudon, Atelier Paulin, dans des petits corners nichés dans les lieux de passage du centre, quelques semaines au moment de l’été ou des fêtes.

"Certaines marques n’ont pas la surface financière pour s’implanter à Monaco, mais sont dans la tendance et c’est intéressant de surprendre les clients et les touristes. Pour ces enseignes, c’est aussi une possibilité de tester le marché monégasque".

Pour les fêtes, une liste d’attente de marques espère d’ailleurs une place pour proposer leurs produits. Un succès qui pousse d’ailleurs l’équipe à réfléchir à leur dédier un jour, un lieu pour les accueillir, plus confortablement tout au long de l’année.

Un pop-up store pendant l’été pour la marque de Pauline Ducruet

Après avoir tenté une première expérience trois jours durant au mois de juin dans le tunnel Riva, la marque Alter passe finalement l’été au sein du centre commercial du Métropole.

Griffe de Pauline Ducruet, qui imagine et dessine les vêtements, Alter a saisi l’occasion de s’implanter pour quelques semaines de façon plus sédentaire en Principauté.

Occupant la boutique Stuart Weitzman, laissée vacante par la marque américaine qui a fermé tous ses points de vente en Europe.

À la place, on retrouve donc depuis quelques jours les tenues unisexes pensées par Pauline Ducruet.

Dans cette collection, une large part est faite au jean, aux matières fluides et à la couleur jaune, devenue iconique des créations Alter : "C’est une marque très dynamique, très créative, un très beau projet pour le centre commercial" se réjouit Stephen Valkenborg, qui a même proposé à l’équipe d’Alter d’intégrer les lieux.

Un nouveau projet qui pourrait donner lieu à d’autres initiatives de ce genre prochainement ? Peut-être…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.