“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le shipping, un poumon économique de Monaco

Mis à jour le 02/06/2016 à 05:03 Publié le 02/06/2016 à 05:03
Aux activités de transport de marchandises s'ajoutent celles du transport des passagers comme le prouve le Silver Spirit, ce gigantesque navire appartenant à Silversea. 	(©Silversea)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le shipping, un poumon économique de Monaco

Malgré un déficit d'image certain, l'industrie du transport maritime représente une manne économique évidente. Décryptage d'un secteur méconnu mais pourtant très florissant

Pour le commun des mortels, le shipping peut être un terme bien obscur. Et pourtant, il s'agit d'une des plus vieilles industries au monde. Cela regroupe toutes activités commerciales réalisées par l'exploitation des navires. Dans cette catégorie, on retrouve aussi bien le transport de marchandises que le transport de personnes par la voie maritime ou fluvio-maritime.

Malheureusement l'industrie du shipping souffre d'un important déficit d'image.

4% du PIB monégasque

« Le grand public ne le sait pas toujours mais 95 % du transport mondial se fait par les mers. C'est le plus économique et le moins polluant des systèmes », explique Alexandre Albertini, vice-président de la Chambre Monégasque du Shipping (CMS, lire par ailleurs). À lui seul, ce secteur représente près de 4 % du PIB monégasque et emploie plus de mille personnes, avec un chiffre d'affaires avoisinant les 180 millions d'euros. Pas de quoi rougir en effet.

Il est vrai qu'entre la Principauté et le shipping, c'est une très vieille histoire d'amitié. « Dans les années 1950, de grandes familles d'armateurs se sont implantées en Principauté, explique Manfredi Lefebvre d'Ovidio, président la Chambre Monégasque du Shipping. Au départ, il s'agissait d'armateurs et de propriétaires de grands navires cargos. Puis cela s'est diversifié ».

Au fil du temps, de plus en plus de professions sont venues se greffer sur ce créneau. « Cela crée une filière très composite. Il faut aussi ajouter à cela de nombreuses activités annexes comme la gestion de l'équipage, la gestion technique et commerciale des navires, les approvisionnements en tout genre et le soutage...», ajoute Irène Ballini, secrétaire générale de la CMS et conseil spécialisée en droit maritime.

L'un des vingt plus grosses flottes au monde

Aujourd'hui, la flotte de navires gérée par les sociétés de shipping depuis Monaco est l'une des vingt plus grosses au monde avec Londres, Singapour, New York et Hong Kong.

Il était donc essentiel que ces acteurs maritimes, de plus en plus nombreux à s'installer sur le territoire monégasque, disposent d'une structure officielle comme la CMS qui leur permette de faire entendre leur voix et de faire valoir les spécificités d'un secteur indispensable à l'essor du commerce mondial et, par là même, à celui de l'économie monégasque.

Un cargo appartenant à Marfin Management SAM.
De gauche à droite : Mme Irene Ballini, secrétaire générale de la Chambre Monégasque du Shipping, M. Manfredi Lefebvre d'Ovidio, président, et M. Alexandre Albertini, vice-président.
De gauche à droite : Mme Irene Ballini, secrétaire générale de la Chambre Monégasque du Shipping, M. Manfredi Lefebvre d'Ovidio, président, et M. Alexandre Albertini, vice-président. Jean-François Ottonello

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.