“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Rotary Club de Beausoleil visite le Centre culturel Prince Jacques

Mis à jour le 11/06/2019 à 10:14 Publié le 11/06/2019 à 10:14
« Force motrice » signée Valentine (à droite) a été offerte par le Rotary club à la commune. À gauche, Roselyne Tricetti et Nathalie Lopez.

Le Rotary Club de Beausoleil visite le Centre culturel Prince Jacques

La ville de Beausoleil a accueilli récemment les membres du Rotary Club de Beausoleil Cap-d’Ail Roquebrune-Cap-Martin La Turbie, au Centre culturel Prince Jacques (CCPJ), afin de présenter ce lieu dédié à la culture, aux expressions artistiques diverses et au partage.

La ville de Beausoleil a accueilli récemment les membres du Rotary Club de Beausoleil Cap-d’Ail Roquebrune-Cap-Martin La Turbie, au Centre culturel Prince Jacques (CCPJ), afin de présenter ce lieu dédié à la culture, aux expressions artistiques diverses et au partage. Les présidents ou représentants de certaines associations de Beausoleil, et de celles soutenues pas le club, étaient également présents, ainsi que Nathalie Lopez, directrice des services adjointe et Jean-Christophe Bademyan, responsable du pôle Vie de la Cité.

Une sculpture inaugurée

A l’initiative du club, cette visite était également l’occasion d’inaugurer une œuvre de l’artiste beausoleilloise Valentine, une sculpture chargée d’histoire et de symbole, et dont le club avait financé une partie. La sculpture, intitulée Force motrice, est érigée dans le jardin du Centre culturel.

« En ce lieu, tout a été conçu, souhaité, pour offrir aux visiteurs un espace de culture, mais aussi et surtout de socialisation, de connexion entre artistes et entre disciplines, entre professionnels et amateurs, amoureux et acteurs de culture, une scène de médiation culturelle en résonance avec le monde pédagogique et associatif », a présenté le maire Gérard Spinelli. « Avec cet équipement, la ville continue son engagement aux côtés de l’Education nationale, auprès des services de l’Etat, auprès de la Drac, dans un projet culturel et artistique 100 % à valeur éducative. »

Le maire a remercié le club pour son accompagnement de l’action de la ville dans différents domaines, notamment auprès du Centre communal d’action sociale, pour lequel il est « un donateur constructif et à l’écoute » ; également pour l’œuvre de l’artiste plasticienne Valentine, offerte par le Rotary Club à la commune.

Après les félicitations du maire sur les actions du club en général en France comme à l’étranger, c’était au tour de Philippe Tricetti, past gouverneur du district (Alpes-Maritimes, Var, Corse et Principauté de Monaco), d’en parler plus amplement, suivi du discours de Roselyne Tricetti, présidente actuelle du club. Celle-ci a ensuite présenté les représentants des associations que le club soutient : Les soins de l’Espoir, Sonam Ling, Happy hand, Habitat et humanisme, La Maraude Monaco.

Le responsable du pôle Vie de la cité, Jean-Christophe Bademyan a fait visiter à l’assemblée le Centre culturel : ses espaces de convivialité et de détente, son studio de danse, ses 7 salles de musique, ses salles de solfège et son atelier de lutherie, son espace pour les expositions, sa salle polyvalente de spectacle, son espace de jeux, sa ludothèque tout public. Tous ont pu admirer la sculpture de Valentine, érigée dans le petit jardin du Centre culturel.

La soirée a été clôturée par un apéritif d’honneur, offert par la ville. Une prochaine opération du club pour la ville sera l’implantation en septembre, de deux cabanes à livres, un dans le square Camille-Blanc et l’autre vers l’école du Tenao.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct