“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le roi du jazz manouche à l’honneur à Beausoleil

Mis à jour le 24/01/2019 à 05:19 Publié le 24/01/2019 à 05:19
Un concert donné par Tchavolo Schmitt Quartet qui a fait salle comble au Centre culturel Prince Jacques.

Un concert donné par Tchavolo Schmitt Quartet qui a fait salle comble au Centre culturel Prince Jacques. S.I.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le roi du jazz manouche à l’honneur à Beausoleil

Tchavolo Schmitt est venu se produire sur la scène du Centre culturel Prince Jacques. Auparavant il avait animé une Master Classe où il a délivré ses secrets à huit élèves venus de toute la région

C’étaient une journée et une soirée culturelles marquantes pour inaugurer la scène du Centre culturel Prince Jacques samedi dernier.

Avec comme invité d’honneur, un grand musicien guitariste de jazz manouche, Tchavolo Schmitt considéré comme l’un des plus talentueux émules de Django Reinhardt.

Le matin était consacré à la Master Class animée par l’artiste qui réunissait plusieurs élèves, ou professeur de guitare de l’école municipale de musique de Beausoleil, ou encore du Conservatoire de Nice... un moment de rencontre et de transmission précieux et unique.

En fin d’après-midi, était projeté un film touchant, Swing réalisé par Tony Gatlif, une belle histoire de fusion de cultures et créations musicales, basée sur l’amitié, la passion commune de la musique et chanson (tzigane, manouche, gitane, orientale...), et dont Tchavolo Schmitt est le personnage central.

Après le cocktail dînatoire offert par le CCPJ, place au concert qui a fait salle comble, une performance exceptionnelle par Tchavolo Schmitt et son quartet, qui ont conquis le public.

La Master Class

Fans de la musique manouche, huit guitaristes venus de différentes régions, ont participé à la Master Class animée par Tchavolo Schmitt durant deux heures. Ils ont appris une technique spécifique de jeu de guitare en jazz manouche : le poignet de la main droite est « cassé », de manière à utiliser le médiator comme un petit marteau, ce qui permet de gagner en puissance tout en minimisant les contacts entre la main et la table de la guitare.

Une technique développée pour le banjo et que Django Reinhardt avait apprise auprès du virtuose gitan Poulette Castro.

Outre cette technique transmise aux guitaristes de différents niveaux, Tchavolo a révélé les astuces de son toucher légendaire... Mais « la vérité d’une musique vient du cœur, de l’âme. Tous ces grands musiciens classiques comme Mozart, Beethoven, Chopin ou encore Bach... ne font qu’une personne, qu’une seule âme », explique le grand maître. « Être encadré par un grand guitariste comme lui, et l’accompagner, est un grand honneur », exprime Théo du Conservatoire de Nice qui se réjouit également de retrouver à cette Master Class, d’autres guitaristes qui partagent la même passion.

Fabrizio, professeur de guitare à l’école municipale de musique de Beausoleil sort tout autant enthousiaste, ému d’entendre « le son exceptionnel de guitare du jazz manouche, joué par un grand maître ».

Un concert exceptionnel

En présence du maire Gérard Spinelli, la soirée était ouverte par Stéphan Gaffoglio, responsable du Centre culturel, présentant ce nouvel espace de 2 000 m2 et ses objectifs, « d’accueillir toutes les générations afin d’encourager la pratique artistique amateur et favoriser la rencontre entre le public et les artistes [...] favoriser l’éducation artistique, le bien-être de la population, la rencontre de la création d’artistes d’exception et leurs parcours... ».

L’origine et l’évolution du jazz manouche et le parcours des grands musiciens du concert, étaient ensuite présentés avec humour et anecdotes par un invité exceptionnel, un expert du swing, Jean-Baptiste Tuzet, producteur et animateur de France Inter, avec l’émission Crooner, également auteur du livre Jazz manouche : La grande aventure du swing gitan de Django Reinhardt à Tchavolo Schmitt... paru aux éditions Broché.

Tchavolo Schmitt, était accompagné par Julien Cattiaux (guitare rythmique), Claudius Dupont (contrebasse), et Costel Nitescu (violon).

Le concert exceptionnel était totalement créé dans l’instant, un jeu d’improvisation et de répliques, en duo, en trio ou entre les quatre musiciens, échangeant une grande complicité sur scène.

Tchavolo Schmitt donnait le départ, partant des airs connus de toutes les époques et de tous les styles, de la musique classique, du bossa nova, ou d’une mélodie, pour les transformer subtilement en swing et monter en puissance... devenant une exquise dispute musicale toute en harmonie.

Le public qui a fait salle comble s’était levé pour applaudir sans relâche, le quartet de jazz manouche, et Tchavolo Schmitt qui a donné un bis en solo,... jusqu’au bout improvisé et sublime.

Comme l’exprime Jean-Baptiste Tuzet, « Tchavolo Schmitt est un être fantasque, il est comme Django, il est poétique. Il ne tricote pas les notes, il les fait vibrer, les fait durer et transmet des émotions. C’est un vrai manouche, un vrai fils du vent ! ».

Soirée ouverte par Stéphan Gaffoglio, (à droite). La présentation étant assurée par Jean-Baptiste Tuzet (à gauche).

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.