Rubriques




Se connecter à

Le Printemps des arts invite au voyage

La programmation du festival, qui se déroulera du 13 mars au 11 avril 2020, a été dévoilée

André PEYREGNE Publié le 10/10/2019 à 10:14, mis à jour le 10/10/2019 à 10:14
Nicholas Angelich.	(DR)
Nicholas Angelich. (DR)

13 mars : Véronique Gens, soprano, Olivier Beaumont, claveciniste, et le Philharmonique de Monte-Carlo sous la direction de Kazuki Yamada

14 mars : Aline Piboule, pianiste

15 mars : Voyage surprise

 

18 mars : les « Folies françoises » (musique baroque)

19 mars : Quatuor Modigliani

20 mars : Olivier Beaumont, claveciniste

21 mars : Pierre Hantaï, claveciniste.

22 mars : Andreas Staïer, claveciniste

26 mars : Compagnie de danse « Cas public »

27 mars : Ensemble Masques (musique baroque)

28 mars : Chants inuits

 

29 mars : Folk québécois

2 avril : Quatuor Mona.

3 avril : Nicholas Angelich, pianiste

4 avril : Sophie Koch, mezzo-soprano

5 avril : Vincent Lhermet, accordéoniste et le Philharmonique de Monte-Carlo, direction Susanna Malkki

9 avril : « Bibilolo » de Marc Monnet

 

10 et 11 avril : Ballets de Bali

Jubilatoire, le programme du prochain Printemps des arts qui a été présenté mardi dans la Salle Garnier ! En un coup d’aile, il vous transportera du Québec à Bali. Et sans empreinte carbone, s’il vous plaît ! Il vous suffira de rester sur place et d’ouvrir grand vos oreilles. Et vos yeux, aussi, parfois.

Toutes les musiques y passeront : le classique, le folk, le baroque, le sacré, le contemporain, le traditionnel, l’électronique. Pour un festival, ce sera un festival !

Ceux qui cherchent dans le Printemps des arts la diversité, l’insolite et la nouveauté, seront servis.

Le festival se déroulera du 13 mars au 11 avril.

Son directeur artistique Marc Monnet a tenu mardi sa conférence de presse devant une salle archi-comble, en présence notamment de Patrice Cellario, conseiller de gouvernement-ministre de l’Intérieur, Françoise Gamerdinger, directrice de la Culture, et Daniel Boeri, conseiller national.

 

Musique et déambulation

Le festival 2020 présentera un foisonnement artistique rarement atteint.

Pour ce qui est du Québec, on aura droit, du 26 au 29 mars, à une déferlante de danse, de musique baroque, de chants traditionnels, de théâtre, de piano, de mélodies, de folk, d’art inuit et de sculpture interactive. Un vrai festival dans le festival !

Pour ce qui est de Bali, on se laissera envoûter les 10 et 11 avril par un spectacle de danse, accompagné d’un orchestre de gamelan, précédé d’une déambulation dans les rues.

Œuvres classiques rares

Bien sûr, il y aura du plus classique. En apparence seulement ! Car les concerts de musique symphonique du XIXe siècle nous feront entendre des compositeurs dont on a souvent vu les noms dans les histoires de la musique mais dont on n’a jamais entendu les œuvres : Aubert, Ferroud, Samazeuilh, Decaux, Magnard, etc.

 

Clavecin, accordéon

Trois jours seront consacrés au clavecin, du 20 au 22 mars, avec trois des meilleurs clavecinistes internationaux actuels : Olivier Beaumont, Pierre Hantaï, et Andreas Staïer.

La musique contemporaine sera là, elle aussi. On n’en attendait pas moins du Printemps des arts ! On aura droit à deux créations : celle d’un concerto pour accordéon et orchestre de Gérard Pesson le 5 avril, et celle d’un… « opéra de chambre pour objets manipulés » - des jouets d’enfants à qui des marionnettistes donneront vie sur scène - au titre enfantin de « Bibilolo », dont le compositeur ne sera autre que Marc Monnet, le 9 avril.

Des artistes de renom participeront à ce mois de foisonnement musical : le pianiste Nicholas Angelich (3 avril), le Quatuor Modigliani (19 mars), les cantatrices Véronique Gens (13 mars) et Sophie Koch (4 avril). Et d’autres encore…

Et le fameux voyage surprise

Bien sûr, il y aura un « Voyage surprise », le 15 mars.

 

Car il n’y a pas de Printemps des arts sans « Voyage surprise ». Et il n’y a pas de Printemps des arts sans surprise tout court. La surprise est la marque de fabrique du festival.

Marc Monnet l’affirme : « Le plaisir artistique ne vient pas de la énième redite de tel ou tel concerto mais de la nouveauté qui, forcément, déstabilise. »

C’est dans cette déstabilisation que le public du Printemps des arts trouve son équilibre.

Sophie Koch.	(DR)
Sophie Koch. (DR)
Philippe Fitte-Printemps des arts.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.