Rubriques




Se connecter à

Le prince Albert II connecté avec les jeunes

La grande salle de conférence du Musée océanographique accueillait hier des enfants des écoles de la Principauté pour une visioconférence avec le souverain, en direct du Cabo-Verde

Ludovic Mercier Publié le 22/09/2017 à 05:26, mis à jour le 22/09/2017 à 10:39
Dans les mains des enfants, les questions qui ont été soigneusement choisies en classe. Les plus petits ont été très intéressés par l'aspect pratique d'un si long programme Photo Jean-François Ottonello

Trois cents. Une nuée d'enfants et d'adolescents, réunis hier dans la grande salle du Musée océanographique. Potentiellement assez pour faire trembler les murs ornés de lambris dorés. Pourtant, ils sont assis sagement. Des centaines de petits yeux brillants, et de petits pieds qui balancent gentiment pour évacuer l'impatience qui les gagne.

C'est que toutes ces petites personnes attendent l'arrivée sur grand écran d'un hôte de marque. Le souverain en personne les a invités à venir discuter avec lui.

Histoire de se parler un peu des Explorations de Monaco, ce grand programme de recherche scientifique qui va s'étaler sur trois ans. "Dès le départ des Explorations, le prince souverain a souhaité que la jeunesse soit au cœur du dispositif. Alors nous nous sommes tout de suite associés avec l'éducation nationale pour monter tout un programme", explique Olivier Dufourneaud, directeur de la politique des océans au Musée océanographique.

Accueil de star

Les Explorations, ils en parlent régulièrement en classe, mais il reste certaines interrogations. Et qui est mieux placé que le prince himself pour y répondre ? Et comme il n'est pas à Monaco ces jours-ci, mais en Macaronésie, au Cabo-Verde précisément, qui est la première étape des Explorations, la technologie palliera cette absence.

 

Des représentants des élèves ont été désignés. Sur la feuille qu'ils tiennent à la main, il y a la question posée au nom de leur classe. Du primaire jusqu'au lycée. Des demandes des plus pragmatiques aux plus scientifiques.

"Soyez détendus et naturels. Il est très gentil notre prince!" les rassure Isabelle Bonnal, directeur de l'Éducation nationale.

Un ordinateur portable muni d'une caméra a été relié à un écran géant. La lumière s'éteint, et en quatre par trois apparaissent le prince Albert II et Robert Calcagno, directeur général du Musée océanographique. Tonnerre d'applaudissements dans la salle : un vrai accueil de star américaine. La séance peut commencer.

Le bon sens de l'enfance

Si les plus âgés veulent discuter des espèces en voie d'extinction, comme le phoque moine, ou de la sauvegarde de l'environnement et des politiques à mettre en œuvre pour sauver les océans, les plus jeunes ont des questionnements bien plus pragmatiques.

"Est-ce que votre femme et vos enfants sont avec vous?" demande l'un. Pas question d'éluder, le souverain est sur une ligne de communication franche et ouverte: "Malheureusement non, et je peux vous dire qu'ils me manquent beaucoup".

Un autre s'inquiète de cette longue absence: "Vous allez revenir quand, précisément?"

 

Mais Albert II n'est pas au centre de toutes les questions. "L'expédition dure trois ans : est-ce que les équipages vont pouvoir voir leur famille?" 

Ou encore: "Où allez-vous ranger tout ce que vous allez collecter pendant les Explorations?"

Du pragmatique, on vous dit ! Ce n'est pas parce qu'on a que quelques années au compteur qu'on ne sait pas se poser les questions qui comptent.

Régulièrement pendant trois ans

Malheureusement, au bout d'une trentaine de minutes, Robert Calcagno ramène le souverain à sa condition de chef d'état: "Monseigneur est attendu par le président de la République du Cabo-Verde, il serait très impoli de le faire attendre."

La discussion prend fin. Un marin du Yersin viendra compléter la séance en parlant un peu de son travail.

À la fin de cette séance, les frimousses sont lumineuses. Et Olivier Dufourneaud est détendu: "Je m'inquiétais un peu d'une salle de classe de trois cents élèves, mais ils ont été super-enthousiastes."

 

Tristan, un petit blondinet avec les cheveux en bataille, a pu parler avec le souverain après lui avoir adressé un protocolaire "Bonjour Monseigneur" qui n'avait rien à envier aux grands de ce monde.

Les yeux écarquillés, il est encore tout retourné: "C'était bien! On avait un peu le trac, mais à un moment, il faut se lancer!"

Est-ce qu'il a hâte de recommencer ?

"Oui ! Même si j'aurai encore un peu le trac."

Que Tristan se rassure, des conférences comme celle-ci auront lieu durant toute la durée des Explorations, jusqu'en juin 2020. Mais ce ne sera pas toujours le prince qui sera au bout du fil.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.