Rubriques




Se connecter à

Le prince Albert II a entamé son périple dans les Pouilles

Le souverain monégasque a débuté sa visite de trois jours à Terlizzi, dans la province de Bari. Cette première halte a permis d’évoquer les liens historiques qui existent entre sa famille et ce village.

Cédric Vérany Publié le 22/04/2022 à 11:23, mis à jour le 22/04/2022 à 11:06
Le souverain a été accueilli, ce mercredi, par le maire de la commune de ce village des Pouilles pour une visite de la ville. Axel Bastello/Palais princier

Ce mercredi, le prince Albert II a entamé un déplacement de plusieurs jours en Italie, et particulièrement dans la région des Pouilles, au sud du pays, sur des territoires historiquement liés à sa famille.

Première étape: le village de Terlizzi. Dans un discours prononcé en italien, le souverain a rappelé sa précédente visite dans la commune en juin 1997, l’année de la célébration des 700 ans de la dynastie des Grimaldi.

Terlizzi, en 1532, faisait partie des fiefs du royaume de Naples que l’empereur Charles Quint, en temps que roi d’Espagne, octroie au prince Honoré Ier Grimaldi.

"En quête d’un titre monarchique correspondant à la reconnaissance de sa souveraineté sur le rocher de Monaco, le fils d’Honoré, Hercule Grimaldi, introduit en 1592 une supplique auprès du roi Philippe II pour être titré prince… Non pas prince de Monaco, mais de Terlizzi! Sans succès", a rappelé le souverain en s’adressant à la population mercredi.

Un drame... mais des liens qui demeurent

Trois ans plus tard, Hercule épouse une princesse de Val di Taro, près de Parme, et son fils Honoré II adopte finalement, en 1612, le titre de prince de Monaco.

 

"À Terlizzi, Honoré II essaie même de réaliser l’union du trône et de l’autel au profit d’un cousin qui porte le même prénom que lui. Le prince l’investit, en 1632, de la fonction de gouverneur du marquisat de Campagna. Ce prélat mitré entre en conflit avec l’évêque voisin, pour une question de juridiction, et avec l’une des plus puissantes familles patriciennes locales, les Lioy, pour une question d’exploitation des moulins. La politique des Grimaldi, menée à distance malgré la présence de relais locaux, est dès lors perçue comme abusive."

Le prince Albert II a aussi dévoilé une plaque commémorative aux côtés des autorités locales. Axel Bastello/Palais princier.

Le 9 octobre 1639, plusieurs hommes assaillent l’archiprêtre Grimaldi et l’assassinent. Un acte qui marque la fin d’une ère. Dans le contexte européen de l’époque, les Grimaldi choisissent de renverser l’alliance espagnole et passent sous le protectorat de la France. C’est la fin de leur présence à Terlizzi, sur une rupture brutale.

Pourtant, les liens historiques sont restés. Et le prince Albert II a d’ailleurs souligné qu’une vue de Terlizzi, peinte au XVIIe siècle, décore toujours les murs des Grands Appartements du Palais princier.

Un tableau que la délégation de Terlizzi pourra peut-être découvrir un jour, car le souverain a convié la commune à participer à une prochaine rencontre des Sites historiques Grimaldi de Monaco, sur la place du Palais, « sous le signe de l’amitié et de la convivialité ».

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.