Rubriques




Se connecter à

Le plus grand cirque du monde invite le plus petit

Les festivités de la 40e édition du Festival du Cirque ont démarré avec l'arrivée du chapiteau de la famille Piedon, sur le quai Albert-1er. Un cirque traditionnel où la poésie se mêle au talent

Anne-Claire Hillion Publié le 10/01/2016 à 05:05, mis à jour le 10/01/2016 à 05:05
Jean-François Ottonello

Ils n'en reviennent toujours pas. Le cirque Piedon, son petit chapiteau de 320 m2 et sa famille de sept artistes ont été invités par l'organisation de la grand-messe du Festival International du Cirque de Monte-Carlo, afin d'assurer l'avant-première des 40 ans de l'événement.

L'un des plus petits cirques familial français propose depuis hier, d'ouvrir les festivités sur le quai Albert-1er, une représentation par jour, jusqu'à samedi prochain, jour de la grande parade des artistes, à laquelle ils participeront évidemment. « Être là pour nous c'est incroyable. Nous, la petite famille de cirque se retrouver au cœur de la Mecque. C'est là que tout se fait et que les grands talents se retrouvent ! » s'enthousiasme Anthony Piedon, fils aîné de la famille.

 

À l'initiative de ce projet, Patrick Hourdequin, président de l'association des Amis du Cirque, qui a proposé à l'organisation de remettre en avant le charme des petits cirques familiaux face à l'énorme machine qu'est le Festival du Cirque de Monte-Carlo, sous ses 4000 m2 de chapiteau et sa centaine d'artistes.

Le cirque Piedon, qui tourne beaucoup dans la région PACA et notamment dans les vallées, est géré par William, le père, dont le public pourra apprécier les talents de chanteur, et son épouse Katia, née Loyal, l'un des plus grands noms du cirque français. Les enfants Anthony et Melody, ainsi que la cousine Marine assurent chacun avec leur talent le show. Un show tourné vers la tradition, avec cette touche de modernité qui le rend différent. Un mélange de magie, de poésie et de tableaux très photogéniques. Entre dérision et tendresse, les prouesses s'enchaînent pendant une heure et demie. Car même si le chapiteau est petit, les talents sont grands. Ainsi les numéros de rola-rola, d'équilibriste, de magie, de tissus et trapèze, sans oublier le clown Mathieu Dallant, spécialement engagé pour Monaco, et ancienne vedette du cirque Arlette Gruss. Côté animalerie, les boucs nains comme les petits chiens sont exceptionnels. Tout comme le numéro de dressage de poneys d'Henry Wagneur, qui vient de rejoindre la troupe.

« C'est notre volonté de rester petit, c'est ce qu'on aime. On a toujours fait du cirque modestement, avec la seule volonté de divertir, sans appât du gain. On est dans notre délire. » confie Anthony. Et c'est cet univers qui a séduit la princesse Stéphanie elle-même, qui s'était déplacée à l'improviste, à La Turbie lors d'une représentation. Un retour aux sources tellement rafraîchissant.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.