“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le piano enchante le square des États-Unis

Mis à jour le 31/07/2018 à 05:15 Publié le 31/07/2018 à 05:15

Le piano enchante le square des États-Unis

Benjamin Prischi pénètre sur la scène éphémère du square des États-Unis sous les applaudissements.

Benjamin Prischi pénètre sur la scène éphémère du square des États-Unis sous les applaudissements. Il pose ses lunettes de vue. Il n'en aura pas besoin pour jouer ses improvisations libres de thèmes classiques et jazz.

Les notes remontent le long des branches de l'énorme ficus sous lequel joue le pianiste mentonnais. La musique ricoche ensuite sur le béton des immeubles qui entourent le jardin.

« Ici, on a l'impression d'être complètement ailleurs, s'émerveille Paul-Emmanuel Thomas, le directeur artistique du Festival. C'est un lieu improbable au milieu des immeubles et sous une végétation exotique ».

Quelques curieux sortent sur les balcons. Les têtes se balancent alors, emportées par la magie du moment.

Quelques passants, bouées et transats sous le bras s'arrêtent. Le public se renouvelle ainsi, des gens partent, d'autres passent par hasard et s'assoient.

C'est en ça que réside toute la magie du Festival Off. Car la musique n'est pas réservée au parvis de la basilique Saint-Michel Archange.

« Je veux irriguer de musique toute la ville, la partager le plus largement possible. Faire comprendre qu'elle nous émeut et nous touche tous », ajoute Paul-Emmanuel Thomas.

Si le square des États-Unis est difficile à trouver, durant tout le festival de musique, il n'y aura qu'à tendre l'oreille depuis l'avenue Carnot.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct