“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le Philharmonique en pleine... ascension !

Mis à jour le 07/03/2018 à 05:14 Publié le 07/03/2018 à 05:14
La pianiste Elisabeth Leonskaïa et le chef d'orchestre Kazuki Yamada.	(DR)
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le Philharmonique en pleine... ascension !

L'orchestre jouera, vendredi, l'extraordinaire « Symphonie alpestre » de Strauss, ainsi qu'un concerto de Beethoven dont la soliste sera Elisabeth Leonskaïa

La Symphonie alpestre de Richard Strauss est l'une des œuvres orchestrales les plus extraordinaires de l'histoire de la musique. Elle décrit une excursion en montagne à la manière d'une musique de film. L'orchestre à effectif monumental est renforcé par des « machines à vent », des cloches de vache et un orgue !

L'œuvre sera programmée lors du concert de vendredi soir. Pendant près d'une heure, on aura droit au Philharmonique en pleine ascension. Direction les sommets et les glaciers de Bavière. Au milieu de l'œuvre, on entendra la plus impressionnante évocation d'un orage jamais réalisée dans l'histoire de la musique symphonique. Par comparaison, l'Orage de la Symphonie pastorale de Beethoven semble une douce ondée !

Cette œuvre sera donnée sous la direction de Kazuki Yamada lors d'un concert au cours duquel les auditeurs ne seront pas au bout de leurs surprises. Ils entendront en effet pour la première fois à Monaco une page orchestrale intitulée « Blumine », que le compositeur Gustav Mahler avait incluse initialement dans sa première symphonie surnommée « Titan » et qu'il retira à la suite des critiques sur la démesure de cette œuvre.

Tout à fait classique, lui, le 3e concerto de Beethoven. On l'entendra également au cours de ce concert dans l'interprétation d'une des plus grandes pianistes russes de notre temps, Elisabeth Leonskaïa.

Là, on sera encore sur un sommet - un sommet de la musique, non un sommet des Alpes !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.