“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Philharmonique de Monte-Carlo a célébré hier ses 160 ans

Mis à jour le 05/12/2016 à 05:14 Publié le 05/12/2016 à 05:14

Le Philharmonique de Monte-Carlo a célébré hier ses 160 ans

Son chef Kazuki Yamada a conçu son programme, en la Salle Garnier, en faisant référence à l'année 1856

L'année 1 856 est celle de la naissance de l'Orchestre symphonique de Monaco et de la mort du compositeur Robert Schumann.

Ces deux événements sont bien sûr sans rapport l'un avec l'autre. Mais le directeur du Philharmonique de Monte-Carlo Kazuki Yamada a voulu les rapprocher en célébrant hier, en la Salle Garnier, les cent soixante ans de son orchestre.

Ainsi le concert a débuté avec une œuvre de Schumann : son concerto pour piano et orchestre. Cette partition célèbre a eu un soliste magnifique, puissant, inspiré en la personne du pianiste italien Francesco Piemontesi - un pianiste qui alla puiser au fond de son clavier quelque chose qui appartenait au romantisme des profondeurs. Il joua en bis un extrait des « Années de Pèlerinage » de Liszt.

C'est également en 1 856 qu'a été composée par Brahms la Sérénade que nous avons entendue ensuite. Œuvre multiforme où se succèdent des éclats de fanfare, des méditations pastorales, des airs populaires, des martellements guerriers.

Tout au long du concert, Kazuki Yamada fit resplendir l'orchestre.

Un mot s'impose pour qualifier ce que nous avons entendu : la « classe ».

Il semble exister une parfaite union entre l'orchestre et son chef.

Le moins qu'on puisse dire est que cent soixante ans après sa création, le Philharmonique de Monte-Carlo est en pleine santé !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct