“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le Philharmonique a fait la fête !

Mis à jour le 11/06/2017 à 05:03 Publié le 11/06/2017 à 05:03
Concert fou de fin de saison, vendredi soir, en l'Auditorium Rainier-III.

Concert fou de fin de saison, vendredi soir, en l'Auditorium Rainier-III. Michael Alesi

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Le Philharmonique a fait la fête !

Roulement de tambour.

Roulement de tambour. Le chef d'orchestre n'est pas là mais le Philharmonique attaque quand même la Marche de Radetzsky. Au bout de quelques mesures le chef surgit des coulisses. Avait-il raté son bus ? Il court prendre sa place à son pupitre. Mais là, au lieu de se mettre à diriger l'orchestre, il se tourne vers le public et l'invite à frapper dans les mains au rythme de la musique. Oui, comme au concert du Nouvel An !...

Ainsi a commencé , vendredi soir, le concert festif par lequel le chef Kazuki Yamada marquait la fin de sa très belle première saison en tant que directeur de l'orchestre monégasque (*).

La suite du concert fut du même tonneau. On a vu des musiciens se lever et se déplacer en jouant, on en a vu d'autres se coiffer de chapeaux ou de perruques au dessus de leurs tenues de soirée. On eut droit à une folle série de musiques de Leroy Anderson - ce roy de la musique « légère » américaine des années cinquante. Les musiciens se mirent à aboyer, le public leur répondant en miaulant. Vous voyez le genre ! À un moment vint la pièce célèbre pour machine à écrire dans laquelle s'illustra jadis Jerry Lewis. Ici, c'est Matthieu Draux qui s'y colla - jeune musicien qui nous a fait belle impression dans toutes ses interventions au cours de la soirée. Ah, ces vieilles machines à écrire qui faisaient dring chaque fois qu'on repoussait le chariot…

Un soliste aux chaussures rouges et bras démultipliés

On entendit aussi la Symphonie des Adieux de Haydn. À l'origine, il s'agissait d'une vraie manif syndicale : en 1772, les musiciens décidèrent de quitter la scène l'un après l'autre pendant le concert pour montrer à leur directeur ce qui resterait de son orchestre s'il n'augmentait pas leurs salaires… Ils obtinrent satisfaction !

Une autre œuvre fit l'effet d'une bombe, vendredi soir : le concerto pour percussions de Cerha. On ne le connaissait pas. On se disait : que sera Cehra ? Et l'on découvrit une œuvre débordante de sons de toms, de gongs, de cloches, de caisses en tout genre, de xylos ou de marimbas. Un extraordinaire soliste aux chaussures rouges et aux bras démultipliés, Simone Rubino, frappa sur tout ce qui se trouvait autour de lui. Un vrai feu d'artifice ! Il joua par cœur l'ensemble de l'œuvre. Dans un orchestre monégasque déjà riche en percussions, conduites par ce timbalier d'élite qu'est Julien Bourgeois, on était à la fête ! En bis, l'étourdissant Rubino nous fit un époustouflant numéro de caisse claire. Il n'y a pas à dire : celui-là n'a pas son pareil pour taper dans la caisse !

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.