Rubriques




Se connecter à

Le péage de l'A500 sécurisé pour les motards

Toutes les voies de passage sont désormais accessibles aux deux-roues détectés par des capteurs. Un premier test au péage de Monaco pour Escota qui devrait étendre cette nouveauté sur son réseau

CEDRIC VERANY Publié le 28/02/2017 à 05:12, mis à jour le 28/02/2017 à 11:21
Un marquage au sol indique aux motards l'accès possible dans toutes les voies du péage. Michael Alesi

Ils n'ont plus à emprunter la voie de droite, réputée accidentogène quand on circule en deux-roues. Depuis quelques semaines, toutes les voies du péage de l'A500 pour quitter ou rejoindre l'autoroute A8 sont empruntables par les conducteurs de motos et scooters.

Une phase de test entérinée hier matin par les équipes d'Escota, qui avaient choisi à dessein, pour cette expérimentation, le péage de l'A500 où transitent 19 000 véhicules quotidiennement.

« La clientèle de motards représente 2 % du trafic sur le réseau Escota des Alpes-Maritimes. Au péage de l'A500, elle est de 5 % » détaille Paul Maarek, directeur général d'Escota, pour qui « la sécurité et la classification des véhicules au péage sont primordiales ».

Éviter les accidents

Techniquement, dans les voies du péage en question, un dispositif technique dopé, avec capteurs et caméras, détecte la présence d'un motard. Ce dernier est incité par un marquage à sol à se positionner à gauche dans le chenal pour procéder au paiement ou déclencher son bip d'abonné.

 

« En tant que motard, les voies de droite sont celles qu'empruntent les camions. Il y a eu des accidents, notamment quand un camion recule et qu'il ne voit pas le deux-roues derrière lui. Nous militions depuis longtemps pour pouvoir accéder à toutes les voies de péage », explique Nicole Barbaroux, coordinatrice de la Fédération française des motards en colère qui effectue un travail de veille à la sécurité des conducteurs de deux-roues.

Le juste prix

Hier matin, les membres de la Fédération ont installé à l'arrière de leur moto les responsables d'Escota de Mandelieu à Monaco pour faire un point sur les zones à problème. « Nous avons instauré un dialogue et nous essayons de corriger les problèmes qu'on nous signale », assure Paul Maarek.

L'ouverture des voies de péage étendue (lire encadré) en est une traduction. Outre l'avantage sécuritaire, ce nouvel équipement permet aussi de régler « le tarif juste » pour un motard au péage. Un deux-roues paye 40 % de moins qu'une voiture. Un tarif validé par les nouveaux capteurs, ce qui n'est pas toujours le cas et qui contraint certains motards à se signaler à l'interphone du péage. Une situation que le directeur général d'Escota veut voir disparaître. « Nous enregistrons 280 millions de transactions chaque année sur l'ensemble de notre réseau. Même si la clientèle motard ne représente qu'1 % global, cela fait des mécontents. Il faut y remédier ! »

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.