“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le monde mystérieux et envoûtant d' Abstract

Mis à jour le 28/04/2018 à 05:18 Publié le 28/04/2018 à 05:18
Le ballet de Jean-Christophe Maillot a été présenté jeudi soir au Grimaldi forum.

Le ballet de Jean-Christophe Maillot a été présenté jeudi soir au Grimaldi forum. Alice Blangero-Ballets de Monte Carlo

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le monde mystérieux et envoûtant d' Abstract

Tel est le titre du long ballet de Jean-Christophe Maillot, donné en création mondiale

Un monde sorti du chaos originel où vont, dans l'obscurité, des individus mi-hommes mi insectes. Ce monde obscur a un chef. Ou plutôt une chef - car le chef est une femme. Des accouplements se font, des groupes s'organisent, la danse explose. Quelle histoire Jean-Christophe Maillot veut-il nous raconter dans son ballet « Abstact », qui a été créé jeudi au Grimaldi Forum ?

Ce qu'il nous donne à voir, qui est servi par une troupe de splendides danseurs, est en tout cas impressionnant. Il y a dans cette célébration d'un monde primitif quelque chose du « Sacre du Printemps ». « Abstact » serait-il le « Sacre du Printemps » de Maillot ? Il y a une vraie force dans ce ballet. Un réel suspens. Et puis, soudain, l'intérêt retombe. Ce ballet de quelque cinquante minutes est trop long d'un quart d'heure. Avec quinze minutes de moins, on serait sorti totalement conquis.

Blocs sonores riches et denses

Dans ce spectacle, la musique est, elle aussi, donnée en création mondiale. Elle a été commandée par le Printemps des arts, partenaire de l'opération, au compositeur Bruno Mantovani, qui n'est autre que le directeur du conservatoire de Paris.

Il s'agit d'un concerto pour violoncelle et orchestre - pas si concertant que ça puisque violoncelle et orchestre s'expriment presque toujours séparément, l'orchestre étant dans la fosse et le violoncelle sur scène. L'œuvre est superbe au niveau de l'orchestration. Ses blocs sonores riches et denses génèrent des atmosphères mystérieuses et miroitantes. Le violoncelle, lui, a tendance à s'acharner sur des notes répétées, qui montent souvent par demi-tons.

Jeudi, au moment des saluts, Jean-Christophe Maillot s'est agenouillé devant ce maître violoncelliste qu'est Marc Coppey. Le Philharmonique, trop sonorisé pour paraître « naturel », était, lui, fermement dirigé par Pascal Rophé.

En première partie du spectacle, on a droit au « Concerto » de Balanchine, dans lequel violon de Liza Kerob participe à la grâce générale des danseurs du Ballet de Monte-Carlo. Là, rien à dire : un chef d'œuvre !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.