Le Monaco Economic Board dresse son bilan 2016 et se tourne vers 2017

Tisser des liens dans un cadre informel.

Article réservé aux abonnés
Publié le 18/01/2017 à 05:10, mis à jour le 18/01/2017 à 05:10

Tisser des liens dans un cadre informel. Voilà le principe des rendez-vous des adhérents du Monaco Economic Board (MEB). La 28e édition de ces rencontres s'est déroulée lundi soir, à l'hôtel Hermitage, et a réuni 275 membres. C'était aussi le premier rendez-vous de l'année, pour le MEB.

Michel Dotta, le président, est revenu sur les temps forts de l'année qui s'est achevée, notamment les missions au Brésil, en Russie ou en Azerbaïdjan. « Dans une période d'incertitudes, nous avons pris des risques avec ces déplacements, mais cela a été payant», souligne-t-il. Et ces missions vont continuer, en 2017.

 

Plusieurs destinations vont être proposées : Mexique, Moscou, le Kazakhstan - lors de l'exposition internationale d'Astana, la Chine - sous l'égide de l'ambassadeur de Monaco qui organisera des opérations à Chengdu et Hong Kong, Singapour, la Slovaquie, Israël… Il y aura aussi les événements à Monaco, comme l'Ambassador's Lunch, l'accueil de délégations économiques de Slovaquie, de Moldavie, du Monténégro et du Brésil… et les conférences.

En 2017, le MEB prévoit aussi de lancer une « eNews » à destination du corps diplomatique et consulaire et du réseau Monaco Business Etranger, en collaboration avec la direction de la communication. Première édition prévue au printemps.

Michel Dotta aborde, aussi, la conjoncture actuelle : « 2017 est une année d'incertitudes politiques, qui risque d'être agitée et pourrait freiner l'élan actuel de l'économie mondiale : je pense donc qu'il est important d'aborder cette nouvelle année avec prudence. Mais la capacité de résilience de notre économie, la rigueur de nos institutions et le talent de nos chefs d'entreprises doivent aussi nous inciter à aborder 2017 de façon sereine ».

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.