“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Le MGP Live démarre en douceur

Mis à jour le 26/05/2017 à 05:27 Publié le 26/05/2017 à 05:27
La fan zone MGP Live était relativement tranquille hier, les conditions idéales pour faire le tour des différentes animations.

La fan zone MGP Live était relativement tranquille hier, les conditions idéales pour faire le tour des différentes animations. L.M. et Q.C.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le MGP Live démarre en douceur

La fan zone de la place d'Armes a ouvert ses portes tranquillement hier, avec quelques incidents de parcours et une fréquentation modérée. Les conditions idéales pour tester sa mission de « fun » zone

Résolus à tester les petites merveilles annoncées hier, nous sommes allés siffler là-haut sur la place d'Armes, au MGP Live. Bercés par les vrombissements des pilotes aux essais, une grosse poignée de visiteurs avait eu la même idée.

Les fouilles, polies, rapides et efficaces ont quand même fait un peu grincer des dents par moments, comme ce touriste coréen, qui, emporté par la passion, a cru passer sans fouille : « On est en sécurité à Monaco. Je trouve que c'est trop, c'est un peu pénible. »

Alors bon, on ne va pas se mentir, ça n'a pas démarré sur les chapeaux de roues. Les deux simulateurs avec casques de réalité virtuelle n'étaient pas encore en service. Résultat : les visiteurs se sont reportés sur les simulateurs Redbull, la star des animations. La file d'attente forçait le respect.

En début d'après-midi, alors que les visiteurs avaient déserté, le tirage au sort de l'heureux élu qui allait pouvoir visiter le stand des coureurs de la boisson énergisante, s'est un peu éternisé : aucun des tirés ne se manifestait. Au bout d'une dizaine de tentatives, un peu gênantes, un chanceux qui n'y croyait plus a explosé de joie.

Place à l'action

Cris de joie aussi (ou de déception, c'est selon) autour du mini-circuit. Que les mauvaises langues qui ont pensé anachronisme se détrompent : ce pur produit des années quatre-vingts n'a pas pris une ride. Tandis que les minots s'acharnaient sur les pistolets de commande, regardant les petits bolides tourner sur la reproduction du circuit local, les papas retombaient en enfance. Minute nostalgie : souvenir de montage des rails sur la moquette, un matin de Noël.

Une fois les poignets et index échauffés, nous étions prêts à tester les bataks. En guise de portique, des écrans tactiles très grand formats, où les cibles s'allument en rouge quand il faut les toucher. Sans le soleil de midi qui gâchait un peu la visibilité, on se plaît à penser que nous aurions fait mieux que la douzième position du classement.

Après tout ça, nous étions mûrs. Prêts pour attaquer l'épreuve qui nous faisait de l'œil depuis le début : le Pit-stop challenge. Ou comment changer la roue d'une F1 en un temps record. N'étant que deux, il nous fallait un troisième. Propulsé par sa compagne qui a perçu notre détresse, le jeune Morgan a complété notre trio. Une équipe infernale, prête à concurrencer les meilleurs mécanos de la planète. Un qui dévisse au pistolet pneumatique (et qui revisse), un qui retire la roue, et l'autre qui remet la nouvelle. Après les instructions patiemment délivrées en anglais par le maître, nous étions prêts. Chauds bouillants. Remontés comme des coucous. Tant et si bien qu'au moment d'enlever la roue, dans un excès d'enthousiasme, une pièce supposée fixe s'est fait la malle. Impossible de remonter l'engin. Échec cuisant. La technique a eu raison de nous. Les pros nous ont salués poliment, et nous avons quitté la scène le menton haut.

Au debrief, il a fallu faire face à l'évidente réalité : malgré tout, la « fun » zone a clairement rempli sa mission. Comme sur des roulettes.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.