“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le marché immobilier de l'hyper luxe repart à la hausse

Mis à jour le 25/04/2016 à 05:15 Publié le 26/04/2016 à 10:08
La Leopolda à Villefranche, la villa à la vente la plus chère au monde selon Christie's.

La Leopolda à Villefranche, la villa à la vente la plus chère au monde selon Christie's. E. D.

Le marché immobilier de l'hyper luxe repart à la hausse

C'est un marché confidentiel qui pèse lourd: les quelques biens très haut de gamme qui s'échangent à prix d'or sur la Côte d'Azur peuvent à eux seuls faire gonfler le volume des transactions immobilières.

On se souvient de la Leopolda sur les hauteurs de Villefranche qu'un milliardaire russe était prêt à acheter (meublée) près de 500 M€ en 2008. Crise oblige, le roi du nickel Mikhaïl Prokhorov avait dû renoncer.

Depuis, la Leopolda attend toujours son futur acquéreur. Cette somptueuse villa n'a toujours pas été vendue. Mais, selon le dernier rapport annuel de Christie's International Real Estate son prix a été revu à la hausse, passant de 352 M€ à 395 M€.

Preuve, s'il en fallait encore, que le marché de l'immobilier (y compris de luxe) retrouve une certaine vitalité après quatre années de crise. La Leopolda est d'ailleurs, toujours selon Christie's, le bien le plus cher à la vente au monde. Dans le top 5 des propriétés les plus extraordinaires, trois d'entre elles sont localisées sur la Côte d'Azur.

Outre la Leopolda, on trouve également le Penthouse de la tour Odéon à Monaco estimé à 300 M€ et une villa de Théoule-sur-Mer à 200 M€.

Il se murmure que cette dernière n'est autre que le célèbre palais bulle de Pierre Cardin dessiné par l'architecte hongrois Antti Lovag en 1979 et classé Monument historique.


La suite du direct