“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le luxe se conjugue aussi à l'occasion

Mis à jour le 23/04/2016 à 05:04 Publié le 23/04/2016 à 05:04
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le luxe se conjugue aussi à l'occasion

À Monaco et dans les communes limitrophes ont fleuri ces dernières années des enseignes de dépôt-vente qui proposent des vêtements, sac à main ou chaussures de très grandes marques

Chanel, Hermès, Balmain… Sacs à main, vestes, chaussures… Le Dressing propose une gamme très vaste de produits couture. Il ne s'agit pourtant pas d'une boutique traditionnelle mais bien d'un dépôt-vente de luxe.

Si le vintage est aujourd'hui à la mode, ce n'est pas de cela qu'il s'agit. « Lorsque l'on parle de vintage, on parle d'objets qui ont plus de 10 ans. Or, nous proposons presque exclusivement des collections récentes », commente Davy Rimsberg, le fils d'Helen Rimsberg, la fondatrice de la boutique il y a une vingtaine d'années.

« Être sélectifs »

L'enseigne possède désormais trois points de vente, l'un rue des Orangers, les deux autres, rue Princesse-Florestine. La seule manière de pouvoir exposer toute la marchandise et recevoir les clients dans les meilleures conditions.

« Beaucoup de gens cherchent à vendre alors nous pouvons nous permettre d'être sélectifs. Nous portons une grande attention à la qualité des produits car nous ne voulons proposer que des pièces de qualité, précise Davy Rimsberg. Les chaussures n'ont pas exemple été portées très peu voire jamais. »

Car l'état général fait partie des critères de fixation de prix. Le Dressing n'a pas de grille tarifaire précise car entrent en ligne de compte l'ancienneté, la marque ou encore le tarif de départ. En moyenne, la boutique pratique des prix qui correspondent environ à 1/3 du prix du produit d'origine. Logique car sur le marché de l'occasion, les tarifs chutent uniquement en raison de l'aspect « seconde main ».

Le Dressing procède aux vérifications d'usage afin d'éviter les contrefaçons.

« J'ai 500 patronnes »

Le succès du Dressing s'explique aussi par la personnalité de sa créatrice, Helen Rimsberg. Cette blonde, suédoise d'origine, connaît aussi bien la mode que les goûts de ses clientes. Elle les chouchoute et n'hésite pas à leur consacrer du temps en privé pour leur dénicher des pièces qu'elle estime être faites pour elles. À chaque personne qui entre dans la boutique, elle adresse un petit mot. « Nous entretenons des relations de confiance. Mon travail demande beaucoup d'exigence car j'ai 500 patronnes », s'amuse Helen. Visiblement, elles lui rendent bien car l'activité ne cesse de s'accroître.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.