“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le livre qui met au jour de nouvelles révélations

Mis à jour le 05/04/2016 à 05:13 Publié le 05/04/2016 à 05:13
Jean-Michel Laurence et Béatrice Fonteneau ont tout répertorié avec beaucoup de minutie. Des clés laissées dans le compteur électrique à la disposition de proches chargés de vider la maison du 55, boulevard Schuman. De la conférence de presse du procureur au tribunal jusqu'aux obsèques de la famille de XDDL à l'église Saint-Félix.

Jean-Michel Laurence et Béatrice Fonteneau ont tout répertorié avec beaucoup de minutie. Des clés laissées dans le compteur électrique à la disposition de proches chargés de vider la maison du 55, boulevard Schuman. De la conférence de presse du procureur au tribunal jusqu'aux obsèques de ... Guillaume Bertolino

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le livre qui met au jour de nouvelles révélations

Vendredi 1er avril dernier.

Vendredi 1er avril dernier. Nantes se réveille sous un froid hivernal. Le ciel azur contraste avec les embruns de l'Atlantique qui se transforment en givre salé sur l'herbe qui borde les pistes de l'aéroport. Là où nous rejoignons Jean-Michel Laurence et Béatrice Fonteneau. Deux anciennes plumes de Nice-Matin. Deux chroniqueurs judiciaires qui ont, dans une autre vie, commenté un autre crime célèbre. Celui de Ghislaine Marchal par celui que tout accusait, Omar Raddad.

Ils sortent un livre écrit à quatre mains sur le « Mystère Dupont de Ligonnès » aux éditions de l'Archipel (1). « Pas un livre de conclusions. Nous remettons en forme toutes les pièces de cet immense puzzle. Pour que les lecteurs, en même temps que nous, construisent leur propre enquête. Avant d'en tirer leurs conclusions ».

Un bouquin qui regorge de détails. Troublants pour certains. Anecdotiques pour d'autres. Démonstration habile ou simple coïncidence ? Comme ce rendez-vous nantais fixé un 1er avril. Tout sauf une farce. C'est ce même jour de 2011 que le plan machiavélique de Xavier Dupont de Ligonnès se met en branle. Lorsque comme le souligne le livre, les enquêteurs retracent, le vendredi 1er avril, « des achats de ciment prompt, des sacs à gravats, une bêche » dans un magasin de bricolage. Ce même jour, « XDDL » passe également deux heures au stand de tir où il s'est inscrit deux mois plus tôt…

En un peu plus de 200 pages, avec la publication d'annexes exclusives, le bouquin de Jean-Michel et Béatrice -- le premier consacré réellement à l'affaire -- remet tout à plat. Avec une minutie et un sens du détail digne des plus fins limiers. « Le Mystère Dupont de Ligonnès » un récit concentrique avec la scène de crime au centre. Cette conférence de presse convoquée par le procureur de la République de Nantes à propos de l'inquiétante disparition de la famille Dupont de Ligonnès. Au fil des pages, le mystère s'épaissit. Le voile se lève sur Xavier. Un homme acculé par les dettes, amoureux d'une autre et habité par la religion. La famille, les amis de longue date, Dieu, les affaires foireuses, les parents de « XDDL »… Tout est passé au crible.

Première cyber-enquête

Tout est méticuleusement consigné. Horodaté. Y compris la cyber-enquête organisée par le désormais célèbre Christophe d'Angers. Un génie de l'informatique qui s'est piqué au jeu de piste laissé par le patriarche. « Il a débusqué sur la Toile, 700 écrits des protagonistes de l'affaire qui viennent en complément de l'enquête de police » expliquent les deux auteurs qui l'ont rencontré. Bout à bout, les faits en disent long sur une famille d'apparence unie mais qui cachait en réalité bien des failles. Voire des accès de démence lorsque « XDDL » qui se dit (se sait ?) intellectuellement surdoué, écrit les bienfaits de sacrifices humains. Même s'il s'agit de ses propres enfants…

L'enquête -- « et la contre-enquête », ajuste encore Jean-Michel -- c'est aussi lorsque le livre pointe certains détails peut-être négligés par les policiers (lire par ailleurs).

Et ces hasards, toujours : « Quand ce 15 avril, à 16 h 13, il quitte le Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens [dernière fois où il est localisé par les enquêteurs, ndlr]. Avec la fameuse image de la vidéosurveillance. Au même instant, le policier nantais qui travaille sur la disparition de la famille [la scène de crime est découverte le 21 avril, ndlr] laisse deux messages : un sur le portable de « XDDL » et un autre sur celui d'Agnès. S'est-il alors senti cerné avant de préférer en finir une heure plus tard ? » Dernière interrogation que le tandem Laurence - Fonteneau se pose : « On ne sait toujours pas combien de nuits il avait payé à l'hôtel. Si c'est deux ou plusieurs, ça change tout… »

Le mystère en tout cas demeure.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.