“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Kremlin s'empare du

Mis à jour le 25/02/2016 à 05:12 Publié le 25/02/2016 à 05:12
Christian Frizet se prévaut d'un acte notarié que l'association niçoise Acor dénonce comme un faux.

Le Kremlin s'empare du

Après avoir mis la main sur la cathédrale russe au terme d'une longue bataille judiciaire, Moscou lance l'offensive sur le cimetière, deux églises et des terrains. Des paroissiens font de la résistance

Hier, midi et des poussières. Christian Frizet, flanqué d'un ami et d'une épaisse chemise de cuir noir sous le bras, grimpe d'un pas ferme vers le cimetière russe de Caucade à Nice. Le barillet de la serrure est béant et un mauvais cadenas pend le long de la grille séculaire. Le président de l'Espace franco-russe ouvre.

Au loin, dans l'allée centrale, un petit groupe discute. Christian Frizet entre. Une dame dévale les marches et l'apostrophe :

- Qui êtes-vous Monsieur ?

L'ami de Christian Frizet, fort accent russe :

- Pourquoi, vous êtes de la police ?

- Et vous, vous êtes un agent du KGB ? Veuillez sortir, s'il vous plaît !

- On a le droit d'entrer, on est chez nous !

- Vous n'êtes pas en terre russe ici, vous êtes en France…

Le ton monte entre les tombes.

Christian Frizet sort de sa pochette « un acte authentique qui prouve que la Fédération de Russie est propriétaire du cimetière ».

« C'est un faux ! », s'insurge-t-on de l'autre côté : du côté de l'association cultuelle...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct