“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le Joueur : banco réussi à l'opéra de Monaco

Mis à jour le 20/03/2016 à 05:05 Publié le 20/03/2016 à 05:05
À la fin du spectacle, une roulette géante tourne sur la scène.

À la fin du spectacle, une roulette géante tourne sur la scène. Hanel

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le Joueur : banco réussi à l'opéra de Monaco

Des joueurs, il y en a eu des millions qui sont passés par le Casino de Monte-Carlo.

Des joueurs, il y en a eu des millions qui sont passés par le Casino de Monte-Carlo. Celui-là, pourtant, n'était jamais venu : c'est Le Joueur de Prokofiev. On l'a vu vendredi soir pour la première fois. Et il a gagné sur toute la ligne. Il a fait sauter la banque.

Le Joueur en question est un opéra que Prokofiev composa en s'inspirant d'un roman de Dostoïevski. Il n'a jamais été représenté en Principauté.

Jean-Louis Grinda, directeur de l'Opéra de Monte-Carlo, a eu la main heureuse en nous le faisant découvrir.

Il l'a mis en scène lui-même avec brio, classe et habileté, dans des décors et costumes de luxe. À la fin du spectacle, il fait tourner une roulette géante sur toute la surface de la scène, dans laquelle le joueur peut noyer son vice comme dans une piscine.

Magnifique spectacle ! La musique, aux harmonies modernes, est riche, fluide, alerte. La distribution est d'une qualité internationale du premier au dernier rôle. Dans les premiers il y a un excellent ténor, Micha Didyk, dont l'or de la voix vaut bien plus qu'un monceau de jetons sur les tapis verts. Il y a aussi la basse Dmitri Oulianov (le Général), la soprano Oksana Dyka et, bien sûr, la mezzo Ewa Podles. L'arrivée en scène de cette cantatrice incarnant une grand-mère esclave du jeu est époustouflante.

Le chœur est très bon. Le chef Mikhail Tatarnikov met le feu à l'orchestre. Il n'y a pas de doute, il s'est pris au jeu. Oh, le beau Joueur.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.