Rubriques




Se connecter à

Le Jardin exotique de Monaco pourra-t-il rouvrir en 2022 ?

Les élus communaux s’inquiètent du devenir du site, dont l’ouverture partielle est programmée pour juin. Selon eux, aucune somme du budget primitif 2022 n’a été allouée pour la suite des travaux.

Thibaut Parat Publié le 20/12/2021 à 20:02, mis à jour le 20/12/2021 à 20:14
Sur un effectif de 46 personnes travaillant au Jardin exotique, seuls 11 jardiniers, 3 membres de la direction et 2 surveillants sont maintenus dans le service. Le reste du personnel est détaché dans les autres services municipaux., pointe du doigt André Campana, adjoint. (Photo Dylan Meiffret)

Depuis le confinement printanier de 2020, le Jardin exotique affiche portes closes. Si les visiteurs ont déserté les lieux depuis lors, onze jardiniers dévoués continuent toujours de bichonner les milliers de plantes succulentes qui surplombent le quartier de Fontvieille et le Rocher.

Ce site escarpé, couronné en 2021 parmi les plus beaux jardins du monde par le prestigieux guide Ulysse, subit d’importants travaux de sécurisation et de consolidation.

Un chantier plus délicat qu’il en a l’air, au regard de la vétusté des faux rochers et passerelles, érigés entre 1913 et 1933 (date d’ouverture du jardin botanique) et de fait usés par les affres du temps. Si bien que, fin 2020, le gouvernement princier a dû débloquer une aide financière en urgence pour soutenir la trésorerie de la mairie de Monaco.

Une date fortement compromise

Malgré cela, la date d’ouverture partielle, annoncée pour juin 2022 afin de célébrer le centenaire du décès du prince Albert-Ier, serait fortement compromise aux dires des élus communaux, réunis en conseil mercredi soir. " À ce jour, la phase de démolition des faux rochers est terminée. Toutefois, nous avons malheureusement appris en fin d’année que le gouvernement princier n’aurait inscrit aucune somme sur son budget 2022 [voté jeudi soir, lire notre édition de vendredi 17 décembre, N.D.L.R.], même sur la ligne correspondante aux études", expose Georges Marsan, maire de Monaco, lequel a écrit une lettre au ministre d’État "pour qu’une inscription sur le siège puisse intervenir". Une missive restée sans réponse à ce jour.

 

"Dramatique"

"À ce jour, nous n’avons pas d’entreprises sélectionnées pour la suite des travaux, regrette André Campana, adjoint délégué au Jardin exotique. Cette non-inscription a pour conséquence de ne pas faire coïncider la fin des travaux du parking d’entrée de ville prévue en 2023 avec l’ouverture du jardin. Il y a un manque de volonté du gouvernement. On parle là d’un patrimoine national."

François Lallemand est encore moins optimiste: "Si aucun budget n’est alloué en 2022, ce sera fait en 2023. Donc, pas de travaux avant 2024. Ce serait dramatique pour le jardin mais aussi la qualité de vie de ce quartier, longtemps sinistré." Sollicité ce jeudi matin à ce sujet, le gouvernement princier n’a pas donné suite.

Concrètement, quels travaux reste-t-il à mener sur ce site escarpé?

Après une sécurisation de la falaise par la direction des Travaux Publics au premier semestre 2020, la mairie de Monaco a sécurisé les faux rochers ainsi que les passerelles au second semestre. Une tâche poursuivie par le gouvernement, concernant ces blocs factices.

Depuis, plus rien. D’abord, des travaux techniques sur la structure: les faux rochers doivent être reconstruits, les pergolas refaites, les passerelles détruites puis reconstruites, et les belvédères remis en état. "Sans la reconstruction des passerelles, aucun passage n’est possible dans le jardin, donc aucune ouverture du site, même partielle, n’est possible", fait savoir la mairie de Monaco.

Des travaux paysagers de remise en état du site doivent suivre. Des études ont déjà été menées en ce sens, à la fin du second trimestre 2021, et accueillies favorablement par le conseil communal.

Les faux rochers et les passerelles ont étésécurisés courant 2020. (DR).

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.