“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Haut conseil de la magistrature installé

Mis à jour le 22/11/2018 à 05:23 Publié le 22/11/2018 à 05:23
De gauche à droite, Philippe Orengo, Eric Senna, Cécile Chatel-Petit, Laurent Anselmi, Yves Strickler,  Magali Ghenassia et Dominique Adam

De gauche à droite, Philippe Orengo, Eric Senna, Cécile Chatel-Petit, Laurent Anselmi, Yves Strickler, Magali Ghenassia et Dominique Adam DR

Le Haut conseil de la magistrature installé

Les nouveaux membres du Haut conseil de la magistrature ont récemment été installés dans leurs nouvelles fonctions, sous la présidence de Laurent Anselmi, directeur des Services judiciaires.

Les nouveaux membres du Haut conseil de la magistrature ont récemment été installés dans leurs nouvelles fonctions, sous la présidence de Laurent Anselmi, directeur des Services judiciaires. Ils sont au nombre de six :

Cécile Chatel-Petit, vice-président de droit, première présidente de la Cour de Révision ; Philippe Orengo, ancien président du corps des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel français ; Yves Strickler, professeur agrégé des facultés de droit ; Dominique Adam, président de chambre, doyen honoraire de la Cour d'appel de Colmar ; Eric Senna, conseiller à la Cour d'appel ; Magali Ghenassia, vice-président au tribunal de Première instance.

Le secrétariat de séance est assuré par Patrick Sommer, secrétaire général de la direction des Services judiciaires.

Le Haut conseil de la magistrature exerce principalement ses compétences au titre de la gestion des carrières des magistrats ainsi qu'en matière disciplinaire. Il peut également être consulté par le Prince pour toute question portant sur l'organisation et le fonctionnement de la justice.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct