Rubriques




Se connecter à

Le grand public dans les étoiles avec le Jumping de Cagnes

Le spectacle y est superbe.

Publié le 28/03/2016 à 05:11, mis à jour le 28/03/2016 à 05:11
Wilfried Rolant

Le spectacle y est superbe. On y voit la crème des cavaliers professionnels, mais aussi des amateurs, parfois très jeunes. Et parmi eux des célébrités comme l'acteur-cinéaste Guillaume Canet (1). Le jumping de Cagnes a terminé en beauté sa première semaine hier sur un grand prix disputé l'après-midi sous un ciel clément malgré les nuages.

Une occasion d'en prendre plein les yeux gratis, et de rencontrer les cavaliers(e)s, ravi(e)s de parler de leur art et de leurs chevaux.

En ce lundi de Pâques, cavaliers et montures feront relâche après quatre jours d'épreuves intenses. Mais la 5e édition de ce « GPA Jump Festival » reprendra demain, avec cette fois aussi des épreuves féminines.

Hier matin, à l'épreuve « une étoile » (niveau de base de la compétition), le plus jeune des cavaliers était Mila Polizzi, une Italienne de 12 ans.

 

L'après-midi, le premier grand prix a offert le spectacle de cavaliers professionnels du plus haut niveau. La barre avait été mise à 1,45 m, une hauteur respectable (2) identique pour les 13 obstacles, murs, « rivière » ou franchissements multiples.

Sur les 51 partants, seuls six ont réussi la première partie dans le temps imparti et sans heurter d'obstacle, se qualifiant pour le « barrage ». Final de l'épreuve, deux fois plus court en distance et en nombre d'obstacles, ce dernier a encore vu deux cavaliers faire tomber la palanque (barre du haut de l'obstacle) sous les cris d'émotion et de déception du public.

Et c'est finalement Quokin du Moulin Vent qui a remporté le grand prix comme un tigre en ne faisant qu'une bouchée de tous les obstacles au nez et à la barbe de ses concurrents. Une victoire « au mental », selon son cavalier Edouard Coral. Et une victoire française !

L. Q.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.