“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le gouvernement princier toujours dans la précaution Dispositif renforcé à Beausoleil

Mis à jour le 29/02/2020 à 11:18 Publié le 29/02/2020 à 11:18
Jean Castellini et Didier Gamerdinger, hier en fin de journée, à l’occasion du troisième point presse de la semaine sur le sujet du coronavirus.

Jean Castellini et Didier Gamerdinger, hier en fin de journée, à l’occasion du troisième point presse de la semaine sur le sujet du coronavirus. Manuel Vitali / Dir. Com.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le gouvernement princier toujours dans la précaution Dispositif renforcé à Beausoleil

Hier, Jean Castellini a reçu des professionnels du tourisme de Monaco pour faire un point économique sur les impacts du coronavirus, qui pour l’instant, ne semble pas troubler les affaires du pays

Ça va devenir une habitude. Hier après-midi, pour la troisième fois dans la semaine, le gouvernement princier tenait un point presse avant le week-end pour mettre à jour les actions et les précautions prises en Principauté face au coronavirus - le cas positif au coronavirus n’était alors pas connu (lire page 2).

La réunion faisait suite à une rencontre entre le conseiller de gouvernement-ministre des Finances et de l’Économie, et les professionnels de l’hôtellerie et du tourisme en Principauté. « J’ai vu des professionnels mobilisés, organisés et coordonnées », a précisé d’emblée Jean Castellini qui souhaitait prendre le pouls de la situation économique.

Une forme « d’attentisme » des touristes

Et dans la tendance qu’il a livrée, il s’est montré rassurant. « Il n’y a pas d’annulation ni report pour l’heure envisagés du côté du tourisme d’affaires. Par ailleurs, nous observons une forme d’attentisme de la part des touristes, ce qui n’est pas anormal car nous sommes en basse saison. »

Pour la suite, toujours selon Jean Castellini, « les hôteliers n’ont pas manifesté d’inquiétude particulière au-delà du mois de mars, d’autant que les mois de janvier et février, cette année, ont été enregistrés comme de bons mois ».

Pour autant, au cas où des personnes pouvant présenter un risque et qui voudraient quand même venir en Principauté pour ne pas perdre une réservation hôtelière déjà payée, le conseiller-ministre appelle les hôteliers au civisme : « On peut imaginer des pénalités financières moindres en cas d’annulation ou bien des décisions commerciales pour revenir à un autre moment de l’année. »

La Ville de Beausoleil a indiqué, hier soir, avoir mis en place un ensemble de dispositifs de prévention au sein de la collectivité (rappel des bonnes pratiques sanitaires, mise à disposition de liquide hydroalcoolique auprès des personnels d’accueil de la Ville et des écoles) et relayé les recommandations du ministère des Solidarités et de la Santé français.

Une réunion du comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail de la ville a eu lieu pour instaurer des mesures de précaution qui impliquent notamment de recenser le personnel qui reviendrait des zones à risque. Les agents qui interviennent auprès du public sensible (crèches, écoles, maison de retraite et aide à domicile) ne devront alors pas reprendre leur activité professionnelle dans les 14 jours suivant leur retour.

En prévision de la rentrée scolaire, pour laquelle l’Inspection académique des Alpes-Maritimes confirme l’ouverture des écoles maternelles et élémentaires lundi aux heures habituelles. Les enfants qui reviendraient de zones à risque ne doivent pas être envoyés à la crèche, à la halte-garderie, au relais des assistantes maternelles, ainsi que dans les accueils municipaux (accueil du matin, restauration scolaire, accueils du soir, études surveillées, centre de loisirs, activités culturelles et sportives). Les parents des enfants concernés par ces mesures peuvent se rapprocher de différents services.

Parti en Chine pour un déplacement à titre privé, le conseiller-ministre de l’Intérieur, Patrice Cellario, devra respecter à son retour le principe de quarantaine imposé, dans le cadre professionnel en Principauté, à toute personne ayant voyagé dans une zone à risque. Et ne pas se rendre à son bureau pendant quatorze jours.

La situation se révèle cocasse quand on est en charge de la sécurité intérieure du pays. Mais « conseiller de gouvernement ou agent, la règle est la même pour tous », a rappelé Didier Gamerdinger, conseiller-ministre des Affaires sociales et de la Santé, hier, sans s’étendre sur le sujet.

En parallèle, une circulaire administrative, émise par le ministre d’État, conseille désormais à tous les collaborateurs de l’État de ne pas se déplacer dans les pays classés parmi les zones à risque du virus. Dans le cadre professionnel, par ailleurs, les déplacements dans ces pays sont, eux, sont carrément suspendus.

En mairie, Georges Marsan a pris les mêmes dispositions. C’est aussi le cas dans de nombreuses entreprises privées, comme à la Société des Bains de Mer qui a annulé les déplacements de ses collaborateurs prévus à l’international dans les prochaines semaines.

Dylan Meiffret

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.