“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le gouvernement monégasque a-t-il manqué de réactivité autour de l'eau de robinet impropre à la consommation des Jardin d'Apolline?

Mis à jour le 15/06/2017 à 13:19 Publié le 15/06/2017 à 05:18
Depuis lundi, le gouvernement préconise aux 800 habitants de la résidence de ne plus boire l'eau du robinet.

Depuis lundi, le gouvernement préconise aux 800 habitants de la résidence de ne plus boire l'eau du robinet. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le gouvernement monégasque a-t-il manqué de réactivité autour de l'eau de robinet impropre à la consommation des Jardin d'Apolline?

Les résidents déplorent les prises de décision au coup par coup de l'administration pour un problème qui se révèle aujourd'hui majeur. Un point de vue partagé par de nombreux élus

Ils ne sont ni énervés ni défiants. Ils veulent juste pouvoir profiter de leur logement. Les résidents des Jardins d'Apolline vivent dans un immeuble où, depuis lundi, il est recommandé de ne plus boire l'eau du robinet. Un problème sanitaire qui découle des malfaçons de réseaux d'eau touchant l'immeuble depuis sa livraison en 2013.

D'abord réunis sur un groupe Facebook depuis septembre 2016, les résidents sont fédérés en association. "Pour nous, la situation est grave et inédite à Monaco. L'administration l'a gérée au coup par coup, alors que nous attendons depuis le début une réponse à la hauteur et la mise en place d'une cellule interministérielle, ce qui n'a jamais été fait", déplore le président, Franck Lobono.

Présents mardi soir à la réunion d'information, ils ont été étonnés que ni le ministre d'état, ni un conseiller de gouvernement ne prenne part à cette rencontre.

Inquiétudes

"Cette histoire, c'est avant tout un problème humain, Beaucoup de familles ont subi de gros dégâts. Au départ, certains ont été relogés hors de Monaco et continuaient à payer leurs loyers. D'autres ne pouvaient plus utiliser certaines pièces de leurs appartements touchés, toujours inondées", détaille Céline Lubert, membre de l'association. Listant aussi d'autres problèmes : étanchéité des bacs à douche à revoir, des baies vitrées qui ne s'ouvrent pas… À ceci s'ajoute aujourd'hui l'urgence sanitaire au niveau de l'eau, où des traces de fer sont présentes.

"La situation actuelle provoque beaucoup d'inquiétudes. On a franchi une nouvelle étape qui ajoute une couche de stress supplémentaire. Nous savons que le problème de fond est toujours là. Comment va-t-on réparer cet immeuble?" continue Franck Lobono.

L'association prône aujourd'hui de geler le processus d'attribution des appartements de l'Engelin, qui pourraient servir de levier en attendant de savoir l'ampleur des travaux qui vont être nécessaires aux Jardins d'Apolline. "Nous voulons aujourd'hui des informations, de vraies réponses, et un accompagnement."

Pour le leader d'Horizon Monaco, Laurent Nouvion, il n'y a pas à tergiverser. "La solution que nous proposons est de mettre en quarantaine les appartements les plus touchés et proposer des relogements en urgence pour procéder à des travaux de structures. Et s'il faut vider l'immeuble, il ne faut pas hésiter. Nous sommes dans une situation d'urgence sanitaire. Le doute s'est installé pour les résidents. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et d'emblée réserver les appartements nécessaires à l'Engelin", assure l'élu.

Qui pose la question : "Qui va payer ? Il faudra sanctionner les opérateurs qui ont mal travaillé."

"Il est clair que nous sommes dans une situation de crise et il faut mettre en place une cellule adaptée. Les problèmes ne font que s'aggraver et les mesures du gouvernement, dépassé par la situation, sont insuffisantes et tardives."

Le président de la commission Logement du Conseil national, Jean-Michel Cucchi, n'a pas mâché ses mots, hier, en commentant la situation.

"Sur le fond, la toxicité n'est pas aiguë, mais elle est vraie", continue l'élu qui dit avoir alerté depuis deux ans le gouvernement avec des photos de la situation, transmises par des résidents.

Un point de vue partagé par son collègue de la Nouvelle Majorité, Jean-Charles Allavena, frappé par « la mesquinerie de l'approche. La priorité est désormais de gérer l'humain".

Sur ce point, Jean-Michel Cucchi ajoute: "Les 15 % de réduction de loyer, de qui se moque-t-on ? ça n'a pas de sens au regard du préjudice subi. Je me demande si les locataires doivent continuer à payer leur loyer."

Quant à l'idée de relogement à l'Engelin, le président de la commission Logement estime que "ce n'est pas la solution de pénaliser tout le monde, avec les gens qui attendent un appartement. Pourquoi pas reloger à la tour Odéon, où il y a de très nombreux appartements vides construits par le même promoteur que les Jardins d'Apolline?"

Les deux élus, hier, devant l'immeuble.	(DR)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.