“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Festival à mi-parcours…

Mis à jour le 03/08/2019 à 10:07 Publié le 03/08/2019 à 10:07

Le Festival à mi-parcours…

Le temps passe !

Le temps passe ! Nous voici déjà à mi parcours du Festival. Le moment de faire un premier bilan.

Côté fréquentation, on sait qu’il y aura moins de monde que l’an dernier. La raison en est simple : le nombre de places sur les tribunes a été réduit. Cela faussera les résultats.

La raison de cette diminution des tribunes ? Les travaux de réfection de la façade de la basilique.

Car, le soir de l’ouverture, les festivaliers ont eu la magnifique surprise de découvrir une église toute neuve, avec une façade fardée de jolies couleurs Renaissance. On découvrit dans leur blancheur immaculée les statues qui, pendant des années, avaient disparu sous leur noirceur. Ce fut l’occasion d’apprécier le vrai visage du dragon terrassé par Saint-Michel au-dessus de la porte et de la scène. Vous savez qu’il n’est pas terrible du tout ? On se demande même pourquoi le bon Saint-Michel s’acharne contre lui avec son épée !

Etait-il aussi pacifique à l’origine ? Peut-être s’est-il tout simplement assagi à force d’entendre, année après année, soixante dix ans de grands concerts de musique classique.

Car, on le sait, la musique adoucit les mœurs.

On l’a bien constaté au cours de cette première semaine de festival avec la sérénité du Concert des Nations de Jordi Savall ou le velours de la clarinette d’Andreas Ottensamer accompagné par la spectaculaire pianiste chinoise Yuja Wang.

S’il fallait sélectionner une ou deux soirées de cette première semaine, nous choisirions sur le parvis Saint-Michel le quintette de Franck interprété par Bertrand Chamayou et le Quatuor Casals (voir ci-dessus) et au Palais de l’Europe, l’interprétation du bouleversant 14e quatuor de Beethoven par le Quatuor Allegri. On fut là sur deux sommets. En en attendant d’autres dans la semaine à venir... A.P.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct