“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

"Le désir de nos anges, c’est de nous voir nous relever": bouleversante cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice

Mis à jour le 15/07/2020 à 10:51 Publié le 15/07/2020 à 05:31
Des roses blanches déposées devant les photos des 86 morts de l’attentat du 14 juillet 2016.

Des roses blanches déposées devant les photos des 86 morts de l’attentat du 14 juillet 2016. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Le désir de nos anges, c’est de nous voir nous relever": bouleversante cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de Nice

Nice a commémoré, hier, les 4 ans de l’attentat du 14 juillet. Cérémonie intime en présence des familles de victimes et émouvant recueillement devant la stèle des jardins de la villa Masséna

"Il est de ces événements qui sortent tout le reste de nos pensées. Certaines circonstances qui nous stoppent net dans notre lancée (...) J’ai pas les mots pour exprimer la puissance de la douleur. J’ai lu au fond d’ tes yeux ce que signifiait le mot malheur (...) J’ai pas trouvé les mots pour expliquer l’inexplicable. J’ai pas trouvé les mots pour consoler l’inconsolable"

A l’image de Grand corps Malade, dont il dira les vers la gorge nouée, Jean-Claude Hubler, le président de "Life for Nice" n’a "pas les mots"… Lui qui était en vacances sur la promenade des Anglais, il y a quatre ans.

Pas les mots pour affronter ce nouvel anniversaire, lundi, à la villa Masséna, en présence des familles de victimes. Pas les mots quand les maux sont éternellement là. Encore. Pour toujours.

En 2016, symboliquement, le soir de la Fête nationale, et dans une violence aveugle et inouïe, un terroriste a laissé sur son passage 86 morts, des centaines de blessés et des milliers de personnes traumatisées.

"Comment survivre?"

Les mots, le président de l’association "Promenade des Anges", les a laissés sortir, lui. Thierry Vimal, père debout, comme il peut. La lumière de sa petite Amie, 12 ans, assassinée ce soir-là, comme un halo autour de lui. Autour de tous.

Les mots, il les a trouvés. Justes et durs. Passant du noir au blanc, car ainsi va sa vie depuis. Ainsi va la vie de tous ceux qui pleurent un être cher depuis quatre ans.

"Le soleil, l’eau bleue et chaude. Les plages et terrasses bondées… Tout cela doit perdurer au nom de la vie", entame le père d’Amie. Mais tout ça a perdu "de sa légèreté d’alors". L’insouciance "d’avant 2016: cet été où nous courrions de caserne en hôpitaux, sidérés par la douleur, harcelés d’images terribles. Pleurant, tour à tour, de chagrin, de fatigue, de rage, de résignation. Ces souvenirs qui nous hantent toute l’année, mais qui, l’été, semblent s’incarner dans toute notre chair."

"Lutter pour rester dignes"

Thierry Vimal, universel. Puis, intime. "L’an dernier, ici même, je partageais avec vous cette question que je pose souvent à ma fille défunte. Comment survivre? Comment survivre, déchu de ma mission d’être ton père?", souffle-t-il.

Et la réponse qu’il espère valoir pour tous: "Elle me répondait, Non, Papa, tu n’en es pas déchu. Et il y a encore quelque chose que tu peux faire pour moi, quelque chose d’immense et qui me tient tellement à cœur: prendre soin de toi, prendre soin de nos proches, et lutter avec eux pour rester dignes".

"Mais qu’elle est dure parfois la dignité!", lâche alors Thierry Vimal.

Bienveillant: "Vous faites ce que vous pouvez, nous disent nos défunts, de toute façon nous sommes fiers de vous. Et c’est important, car la tentation de tout lâcher est grande, récurrente, et bien souvent nous avons le sentiment d’échouer." Avant ce message, comme une supplique: "Leur désir, à nos anges, c’est de nous voir nous relever."

La double peine: la douleur et l’oubli

Ensuite? Encore des mots. Rugueux, difficiles… Ceux de Marek, ce proche de Camille Murris, fauchée sur la Prom’. Ses mots dans la voix de Marc Andrieu, secrétaire général de l’association "Mémorial des Anges".

"L’année 2020 demeurera celle de l’apprentissage de la distance. Distance des corps bien sûr, mais aussi parfois des âmes et des sentiments qui les relient", entame le jeune homme. "S’éloigner les uns des autres, n’est pas anodin. C’est hélas trop souvent, faire grandir les solitudes de chacun".

"Un ouragan méthodique"

"Pourquoi parler de cela ici?", interroge-t-il. "Parce que pour les victimes et proches de victimes d’un acte terroriste, le Covid et ses conséquences ont un goût de déjà-vu. On traverse un ouragan méthodique, qui laisse intact le décor, mais balaie tout le reste. Tout ressemble à̀ ce qu’il y avait avant, mais rien n’est plus pareil."

La douleur… et l’oubli, la double peine. Cette crainte "qu’au fond, les masques du Covid étouffent nos appels à la mémoire des victimes de l’attentat de Nice".

Un message entendu et partagé par Christian Estrosi. "Le temps passe. Ne le laissons pas nous dépasser. Dans notre temps d’immédiateté, il ne sera pas dit qu’une tragédie chasse l’autre. Au contraire", a dit le premier magistrat.

"Tous ces chagrins, toutes ces douleurs, ces interrogations sur le sens de nos vies, sur l’amour qui nous manque, sur les projets qui se sont évanouis, oui, nous les avons partagés", a encore affirmé le premier magistrat.

Associations, élus, leur volonté est commune: "Celle d’inscrire définitivement dans le paysage niçois le souvenir des anges frappés le 14 juillet 2016."

Monument du souvenir le 14 juillet 2021

Christian Estrosi s’y engage: "L’année prochaine, nous inaugurerons ensemble, à cette même date, le monument définitif dédié à leur souvenir. Il tiendra aussi en éveil notre vigilance."

De son côté, Bernard Gonzales, préfet des Alpes-Maritimes, a, voix martiale, tenu à rappeler ce qui s’est joué aussi ce jour-là, par-delà l’immense souffrance. "C’est dans la richesse de sa diversité que Nice était frappée. Cet attentat à une date si symbolique, visait la civilisation mondiale et ses idéaux les plus universels : le respect de la vie, la liberté, la démocratie".

Après les mots, qu’ils furent dits, ou pas, les noms ont claqué dans le ciel. Ceux des 86 victimes lus dans le silence, alors que les familles, les proches et les élus déposaient une rose blanche devant la stèle en la mémoire des Anges. Quatre-vingt-six noms, insupportable liste qui, chaque année, semble plus longue encore…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.