“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le credo de Marc Monnet : Réinventer sans cesse

Mis à jour le 14/03/2019 à 10:19 Publié le 14/03/2019 à 10:19
Cette année, le festival proposera un «Voyage surprise» : le public sera embarqué dans un bus pour une destination inconnue pour entendre des programmes, eux aussi, inconnus !

Cette année, le festival proposera un «Voyage surprise» : le public sera embarqué dans un bus pour une destination inconnue pour entendre des programmes, eux aussi, inconnus ! AxT

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Le credo de Marc Monnet : Réinventer sans cesse

A la tête du Printemps des arts depuis 2003, Marc Monnet n’a pas fini de nous surprendre. Découvrez l’étonnant programme de cette édition 2019 qui se tiendra du 15 mars au 14 avril

Au fond, le Printemps des arts, c’est la continuité dans le changement. Depuis seize ans qu’il dirige ce festival, Marc Monnet n’a cessé de nous surprendre. Et il continue à le faire. Avec empressement, délectation, jouissance.

On en aura la preuve lors de l’édition 2019 du Printemps des arts, qui s’ouvrira ce vendredi 15 mars et s’achèvera le 14 avril. Marc Monnet martèle son principe : « Réinventer sans cesse ».

« Présenter des œuvres rares »

Étonner sans discontinuer. L’étonnement pourra venir des grands écarts accomplis entre les chants anciens de l’ensemble des Cris de Paris (le 5 avril), les musiques mongoles de la région de Tuva (le 14 avril), les œuvres symphoniques présentées par l’Orchestre de la B.B.C. de Londres (le 31 mars), et les musiques « contemporaines » de Kagel ou Stockhausen programmées à plusieurs reprises dans le festival.

« Même si je fais entendre des grandes musiques que nous connaissons déjà, je me fais un devoir de présenter des œuvres rares qui sont ignorées par les autres programmateurs de concerts ou de festivals, insiste Marc Monnet. C’est manquer de respect au public de ne pas croire en son appétit de nouveauté. »

Bien sûr le summum de la surprise sera à nouveau atteint cette année lors de cet événement précisément intitulé… « Voyage surprise » : le 24 mars, le public sera embarqué à bord de plusieurs bus vers des destinations inconnues pour entendre des programmes et des artistes qu’il découvrira au dernier moment.

Directeur et… compositeur

Il y a un côté marathonien chez Marc Monnet. Il a demandé au pianiste François-Frédéric Guy de jouer en deux concerts les cinq concertos de Beethoven, accompagné par l’excellent orchestre Sinfonia Varsovia (les 15 et 16 mars) et au pianiste Philippe Bianconi de jouer les deux concertos de Brahms le même soir avec le Philharmonique de Monte-Carlo (le 23 mars).

La surprise peut venir aussi d’œuvres nouvelles données en création mondiale.

« Le Printemps des arts se sent une forme de responsabilité au moment où beaucoup de festivals abandonnent le soutien aux compositeurs contemporains », insiste Marc Monnet.

Une œuvre du compositeur grec Alexandros Markeas intitulée Les Nouvelles Ruines d’Athènes sera créée le 22 mars par le Quatuor Diotima.

Quelle est la dernière œuvre que le quatuor Diotima a donnée en création mondiale ? C’était, il y a deux semaines à Paris, dans le grand auditorium de Radio France, le 9e quatuor à cordes de… Marc Monnet. Car Marc Monnet est également compositeur. Dans le texte de présentation de son œuvre, il affirmait : « S’il veut stimuler l’écoute, le compositeur doit surprendre sans cesse, activer le cerveau de l’auditeur, se questionner toujours. »

On le voit : compositeur ou directeur de festival, Marc Monnet est le même homme - celui qui cherche à surprendre.

15 et 16 mars : Les cinq concertos de Beethoven par François-Frédéric Guy, pianiste, et l’orchestre Sinfonia Varsovia.

17 mars : Quatuor Parker.

21 mars : Marie

Vermeulin, pianiste.

22 mars : Quatuor

Diotima.

23 mars : Philippe

Bianconi, pianiste, et l’Orchestre Philharmonique

de Monte-Carlo.

24 mars : Voyage

surprise.

29 mars : Quatuor

Signum.

30 mars : Quatuor

Capuçon.

31 mars : Renaud

Capuçon, violoniste, et le BBC Symphony Orchestra.

4 avril : Josquin Otal,

pianiste.

5 avril : « David et

Salomon » de Schütz, par les Cris de Paris.

6 avril : « Octophonie » de Stockhausen.

7 avril : Daishin

Kashimoto, violoniste, Jean-Guilhen Queyras,

violoncelliste, et l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo.

11 avril : Vera Novakova, violoniste.

12 avril : Nuit du piano.

14 avril : Musiques et chants mongols de Tuva.

François-Frédéric Guy jouera l’intégrale des Sonates et Concertos pour piano de Beethoven avec l’orchestre
Sinfonia Varsovia.
(DR)

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.