“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le couvre-feu prolongé jusqu’aux vacances scolaires à Monaco

Mis à jour le 26/01/2021 à 21:58 Publié le 27/01/2021 à 07:30
Comme c’était déjà le cas depuis le 11 janvier, les restaurants ne pourront accueillir des clients que le midi, et sous certaines conditions.

Comme c’était déjà le cas depuis le 11 janvier, les restaurants ne pourront accueillir des clients que le midi, et sous certaines conditions. Photo C. D

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Le couvre-feu prolongé jusqu’aux vacances scolaires à Monaco

Le prince Albert II a décidé de prolonger l’ensemble des mesures sanitaires actuelles jusqu’au 19 février. Les contaminations sont nombreuses dans les foyers.

Le maintien en vigueur des mesures sanitaires ne faisait guère de doute en Principauté. Arrivant à échéance aujourd’hui, celles-ci ont été prolongées par le prince Albert II jusqu’au 19 février inclus, jour du début des vacances scolaires, et officialisées dans la foulée par le gouvernement princier.

Ainsi, le couvre-feu entre 19 h et 6 h du matin reste applicable pour trois semaines supplémentaires, à l’instar des règles relatives à la consommation dans les établissements de restauration à midi : seuls les résidents et salariés peuvent s’asseoir à une table entre 11 h 30 et 15 h, à condition d’avoir réservé au préalable et de ne pas excéder six personnes à table.

Un effet "galette des rois"

Pourquoi cette prolongation ? Un constat factuel, d’abord : la circulation du virus est toujours active sur le territoire monégasque. Si le taux d’incidence (*) se stabilise, enrayant ainsi une importante augmentation depuis deux semaines, il flirte tout de même à 400.

« Ces chiffres démontrent qu’il convient de rester vigilants, même s’il faut rappeler que le nombre important de cas positifs est à mettre en relation avec la montée en puissance des tests antigéniques et PCR pratiqués : 5.300 tests entre le 18 et 24 janvier », précise le gouvernement princier par voie de communiqué.

Autre donnée chiffrée majeure ayant motivé la décision de l’exécutif : la sollicitation croissante des structures hospitalières. Les hospitalisations sont en augmentation et, depuis plusieurs jours, le service des réanimations connaît une certaine tension (lire ci contre). En dépit des appels récurrents, de la part des autorités, à la vigilance et à la responsabilité de tout un chacun, c’est bien dans la sphère privée que se produit plus de la moitié des contaminations.

"Il y a eu un effet réveillon de Noël incontestable, puis il y a eu le Nouvel an.

Aujourd’hui, on constate l’effet galette des rois, argumente Didier Gamerdinger, conseiller de gouvernement-ministre des Affaires sociales et de la Santé. En principe, c’est un bon moment. Mais il faut faire attention, prendre de la distance et porter un masque, sinon il faut s’abstenir. Beaucoup de familles se sont retrouvées autour des grands-parents pour fêter les rois. Cela a engendré, malheureusement, un nombre conséquent d’hospitalisations de personnes âgées. On a aussi des restaurateurs qui nous disent qu’ils livrent des quantités importantes de repas à domicile. Il faut être prudent chez soi pour protéger les personnes que l’on aime. »

À ce sujet, le gouvernement princier va organiser une campagne d’information pour sensibiliser une nouvelle fois l’ensemble des Monégasques et des résidents. L’exécutif insiste, également, sur « la nécessité d’un recours massif au télétravail dans les secteurs privé et public jusqu’à nouvel ordre. »


* Le nombre de cas positifs rapportés à 100 000 habitants sur une semaine.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.