“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le chef d'orchestre symphonique de Monaco, Louis Frémaux est mort

Mis à jour le 29/03/2017 à 11:40 Publié le 29/03/2017 à 05:13
Haute silhouette et baguette autoritaire.

Haute silhouette et baguette autoritaire. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le chef d'orchestre symphonique de Monaco, Louis Frémaux est mort

Recruté par Rainier après la guerre, il avait créé l’Orchestre National de l’Opéra de Monte-Carlo (futur Philharmonique) et les concerts du Palais Princier.Il s’est éteint à l’âge de 95 ans

Une haute silhouette dressée devant l'orchestre, une chevelure légèrement ondoyante, une baguette autoritaire, tel était le chef Louis Frémaux, qui dirigea de 1956 à 1965 l'orchestre symphonique de Monaco.

On vient d'apprendre sa mort, survenue la semaine dernière, le 20 mars, à Avaray dans le Loir-et-Cher, à l'âge de 95 ans.

Le poste de directeur de l'orchestre de Monaco fut le premier grand poste de sa carrière. Auparavant, en 1940, il avait été enrôlé par les forces d'occupation allemandes dans un camp de travail, dont il s'était échappé pour rejoindre les réseaux de la Résistance.

À la Libération, il s'était engagé dans la Légion étrangère pour partir combattre au Vietnam.

Une politique d'enregistrements

Revenu en France, il étudia la direction d'orchestre et se fit remarquer en 1954 en dirigeant un concert dédié à la mémoire du directeur du Conservatoire de Paris, Claude Delvincourt, disparu dans un accident de la route. C'est alors qu'à l'âge de 34 ans, il fut appelé par le Prince Rainier III, afin de reprendre en mains l'orchestre de Monaco qui était sans directeur depuis la fin de la guerre et auquel le Prince souhaitait redonner un nouvel élan sous le nom d'Orchestre National de l'Opéra de Monte-Carlo.

Louis Frémaux s'acquitta de cette tâche, ramenant l'orchestre à un niveau international, créant en 1959 les concerts du Palais Princier, réalisant des tournées à l'étranger et lançant une politique d'enregistrements de disques pour la prestigieuse maison d'édition Deutsche Grammophon, ainsi que pour la toute nouvelle maison de disques française Erato.

Il réalisa un grand nombre d'enregistrements à Monaco, portant essentiellement sur la musique symphonique française (Berlioz, Massenet, Dukas, Debussy, Fauré). Avec, aussi, de mémorables concertos de Chopin dont le soliste était le légendaire pianiste Samson François.

Après Monaco, Louis Frémaux a pris la direction en 1969 du tout nouvel Orchestre Philharmonique de Lyon, de celui de Birmingham en Angleterre jusqu'en 1979, puis de celui de Sydney en Anstralie.

Réécoutons cet enregistrement du Requiem de Fauré, qui se trouve dans beaucoup de nos discothèques, qu'il enregistra en 1979 en la cathédrale de Monaco avec, à l'orgue, une autre grande figure musicale de la Principauté, le chanoine Henri Carol. Ce sera une belle façon de lui dire adieu…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.