“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le Château de Saint-Jeannet est à vendre pour une petite fortune

Mis à jour le 24/05/2020 à 14:25 Publié le 24/05/2020 à 13:31
Le château de Saint-Jeannet

Le château de Saint-Jeannet Photo Eric Ottino

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Le Château de Saint-Jeannet est à vendre pour une petite fortune

Le Château de Saint-Jeannet, que certains appellent encore aussi "Château de la Gaude" ou "Château des Templiers" est à vendre, pour la modique somme de 49 millions d'euros, selon une annonce de Sotheby’s Côte d’Azur passée dans le Figaro Propriétés.

Laissé pendant longtemps à l'état de ruine, nombreux ont été ceux qui ont rêvé de lui redonner vie, comme par exemple, l'actrice française Viviane Romance qui, dans les années 60, avait acquis la propriété et voulait reconstruire le château. Projet qu'elle n'arrivera pas à  faire aboutir complètement, faute de moyens financiers, même si une reconstruction sur les bases même du monument avait été entamée.

Le château appartient aujourd'hui au Britannique d'origine macédonnienne Jon Acevski, homme de cinéma, qui a œuvré dans le dessin animé avec Freddie la Grenouille (ou Freddie agent secret).

Passionné de restauration de bâtiments anciens, il avait racheté à la fille de Viviane Romance le château et son terrain de trois hectares en 2001, à l'état de ruine, "pour 1.200.000 euros" et réalisé d'importants travaux dont les coûts "ont représenté beaucoup beaucoup de fois ce prix...", déclarait Jon Acevski dans nos colonnes en 2008.

DES TRAVAUX PAS TOUJOURS DÉCLARÉS

En cinq ans de travaux, Jon Acevski a redonné au bâtiment sa splendeur d'antan, et bien plus. Peut-être même un peu trop, puisque le Britannique l'a totalement rénové pour en faire une résidence de luxe pour touristes fortunés, en oubliant de déclarer plusieurs centaines de mètres carrés de constructions nouvelles, dont une partie en zone boisée.

L'affaire avait fini devant les tribunaux. Un arrêt du 8 février 2011 de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence, confirmé par un arrêt de la 7e chambre criminelle de la Cour de cassation en date du 29 novembre de la même année, avait condamné Jon Acevski et la SCI "Le Château de Saint-Jeannet" dont il est le gérant, à une amende de 300 000 euros assortie de démolitions de différents sites dans le délai d'un an, avec astreinte de 75 euros par jour de retard.

Devant l'inaction du propriétaire, l'Etat s'était substitué à lui pour réaliser ces destructions, en juin 2017. Les pelleteuses avaient notamment réduit à l'état de gravats une construction d'environ 220 m², répartie sur deux étages, accusée d'avoir été bâtie sans autorisation administrative, au lieu et place d'une "petite maison" préexistante qui "faisait initialement 70 m²", d'après les propriétaires.

Fait aggravant, selon la justice, cette édification en site classé s'est effectuée en zone espace boisé (EBC). La facture de ces destructions avait été présentée au propriétaire.

Outre ces déboires judiciaires, celui que l'on appelle désormais "le château de l'Anglais" a fait la joie de la jet set ces dernières années. Naomi Campbell ou Madonna y sont séjourné, et des mariages prestigieux y ont été organisés. Des événements culturels y ont aussi eu lieu.

La bâtisse, située dans le quartier des Billoires à saint-Jeannet, surplombe à 265 mètres d'altitude la vallée du Var avec des vues à couper le souffle. Et les destructions qu'il a subies n'ont pas entamé son potentiel, à en croire les prestations vantées par Sotheby's Côte d'Azur: propriété principale de 1000 m² avec double salon,  salle à manger, pas moins de 4 cuisines indépendantes équipées, salle de sport, 13 chambres en suite avec salles de douche ou salles de bains et dressings...  Sans compter une grande piscine à débordement chauffée, un jacuzzi, un sauna et un hammam, une maison d'invités, et un grand héliport...

Un confort bien loin de celui que devait connaître les premiers occupants de cette forteresse bâtie au XIIe siècle par la famille de Villeneuve sur un site qui était celui de l'emplacement original de La Gaude, avant que la peste ne fasse fuir les villageois vers l'emplacement actuel du village. Ce château, qui aurait aussi appartenu temporairement aux Pisani et aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem,  aurait servi à défendre le Sud de la France contre les Italiens qui traversaient le Var et pillaient les villages, dont Saint-Jeannet. Il s'apprête aujourd'hui à tourner une nouvelle page de sa longue histoire...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.