“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Le Championnat du pur-sang arabe, c'est fini...

Mis à jour le 25/06/2018 à 05:23 Publié le 25/06/2018 à 05:23
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Le Championnat du pur-sang arabe, c'est fini...

Le championnat, qui fait se presser le monde entier au stade Rondelli le temps d'un week-end, s'est terminé hier sous une fine averse.

Le championnat, qui fait se presser le monde entier au stade Rondelli le temps d'un week-end, s'est terminé hier sous une fine averse.

Chaque année, pendant deux jours, les plus beaux pur-sang arabes viennent concourir au Championnat de la Méditerranée et des Pays arabes pour essayer de décrocher une médaille. Tout au long de la journée, pouliches et juments âgées de 4 à 8 ans ont défilé sur le thème des Pirates.

Bien que le public n'ait pas dû se transformer en pirate, un dress-code était de rigueur : blanc et bleu. Clin d'œil à la mer, mais aussi aux couleurs de la ville de Menton.

Les six jurés, venus de Suisse, des États-Unis, d'Autriche, d'Italie, des Pays-Bas et de Belgique ont noté de 0 à 20, l'encolure, le mouvement, la ligne de dos, les jambes, la tête et le type d'une centaine de pur-sang.

Plusieurs nouveautés pour cette édition 2018 : la plus haute et la plus basse note attribuées sont automatiquement supprimées et le jury est passé de cinq à six personnes.

La compétition est divisée en six championnats avec, à chaque fois, trois champions remportant la médaille d'or, d'argent et de bronze.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.