“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le Cercle de Beaverbrook réunit désormais les anglophones

Mis à jour le 10/02/2017 à 05:10 Publié le 10/02/2017 à 05:10
Le Beaverbrook Circle propose aux personnes parlant anglais de se réunir autour d'une cup of tea ou d'une promenade, entre autres.
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Le Cercle de Beaverbrook réunit désormais les anglophones

Depuis le XIXe siècle, Cap-d'Ail est un lieu de villégiature apprécié des Anglais.

Depuis le XIXe siècle, Cap-d'Ail est un lieu de villégiature apprécié des Anglais. La ville peut ainsi s'enorgueillir d'avoir vu séjourner sur son territoire la Reine Victoria ou Winston Churchill, pour ne citer que les plus célèbres. Mais d'autres se sont établis à Cap-d'Ail et y ont laissé leur empreinte, tel Lord Beaverbrook, diplomate, ancien ministre et directeur du Daily Express, propriétaire de la villa Capponcina, grand ami de Churchill et qui légua à la ville un terrain qui porte aujourd'hui son nom : la place Beaverbrook.

Depuis lors, Cap-d'Ail n'a cessé d'attirer Anglais, écossais, Irlandais, Américains et autres anglophones qui viennent s'y établir quelques mois ou toute l'année. Ainsi, la langue de Shakespeare est-elle bien représentée en ville et il n'est pas rare - pour ne pas dire courant - d'entendre parler anglais dans la rue ou les commerces. Une situation qui n'a pas échappé au maire de la ville, Xavier Beck, lui-même anglophile et grand amoureux de l'Irlande qui a suggéré à quelques Britanniques de ses connaissances la création d'une sorte de club où l'on parlerait anglais. L'idée a fait son chemin et on a trouvé un nom à ce club : the Beaverbrook Circle.

Et pour la toute première fois de son histoire, le Cercle de Beaverbrook a tenu table ouverte cette semaine dans un restaurant du Cap d'Ail « du haut ». Réunis autour de JoAnn Keable et Martin Stansfeld, fondatrice et président du Cercle, une quinzaine de personnes avaient répondu présent. On pouvait rencontrer des Anglais - évidemment - mais également des écossais, des américains, une allemande et des français pour la création de ce « réseau social » non virtuel, qui propose à ses membres toutes sortes d'activités allant de la partie de bridge à la promenade, en passant par des conseils aux nouveaux arrivants, entre autres nombreuses choses.

Hors activités définies entre membres, le Beaverbrook Circle se réunira tous les derniers mardi du mois dans un lieu public de Cap-d'Ail et organisera deux grandes célébrations : celle de l'anniversaire de Lord Beaverbrook en mai et de Winston Churchill, en novembre.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.