“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Centre culturel Prince Jacques inauguré

Mis à jour le 25/11/2018 à 05:03 Publié le 25/11/2018 à 05:03
Le souverain a coupé le ruban aux couleurs de la Principauté et de la France, avant de dévoiler la plaque du nouveau «CCPJ » : Centre culturel Prince Jacques.

Le Centre culturel Prince Jacques inauguré

Le prince Albert II a inauguré, hier, cet espace du cœur de ville de Beausoleil portant le nom de son fils. 2000 m2 où sont dorénavant réunis les arts et la culture. Budget : 6,8 millions d'euros

Il nous fallait offrir un toit à la hauteur de nos enjeux, du développement et de l'avenir de la ville, continuer de resserrer les liens, anticiper encore et toujours le terrain de la cohésion sociale. Nous avons donc fait le choix d'une ville à forte valeur éducative. Comme le sport, la culture éduque et réunit. Quoi d'autre pour intégrer, partager, assembler, éteindre la braise… »

Ce samedi, le maire de Beausoleil, Gérard Spinelli, a invité le souverain Albert II à inaugurer officiellement le Centre culturel prince héréditaire Jacques de Monaco (lire page suivante).

Entre Monaco et Beausoleil, la relation s'écrit pour l'avenir autour de la culture. Dans ce nouveau bâtiment de près de 2 000 m2, tout le monde pourra pratiquer la musique, la danse, les jeux, visiter une exposition temporaire, aller au spectacle ou encore lire la presse. Au cœur de la ville, l'espace est spacieux, lumineux, agréable et promet d'offrir le meilleur pour s'enrichir, les uns les autres, au travers de la culture. Une culture pour tous. Au 6/8 avenue du Général-de-Gaulle, les portes s'ouvrent grand aux Beausoleillois. Ce lieu, Gérard Spinelli en a rêvé depuis… 18 ans.

50 % payés par les collectivités locales

Il a donc fallu de nombreuses années pour monter les dossiers d'urbanisme et les demandes de subventions [la moitié des 6,8 millions d'euros dédiés à la réalisation ont été pris en charge par les CARF, Département, Région et même par la Caisse d'allocation familiale, ndlr], gérer les architectes et suivre la construction.

« J'ai eu la chance d'avoir l'opportunité de faire racheter à la ville un ancien garage en 2000, explique le maire. La conception était très complexe en raison de la réglementation. Je voulais un projet qui respecte toutes les contraintes, notamment sonores, par respect pour les riverains. C'était important. Mon idée a toujours été de rassembler l'école de danse et de musique dans un même lieu. Ce Centre culturel correspond à mon idée de ville conviviale. »

« Les objectifs sont atteints »

À quelques heures de l'inauguration en présence du prince Albert II, tous s'activent pour être dans les temps. Il faut décoller les rubans adhésifs des parois peintes, fixer les luminaires, installer le mobilier, tout nettoyer,... Vendredi midi, la tâche semblait encore énorme.

Le responsable du pôle Vie de la cité, Jean-Christophe Bademyan ; le directeur de l'équipement, Stéphane Manfredi ; le directeur des Services techniques, Joseph Cosentino ; et le responsable adjoint du Service des bâtiments communaux, Stephen Viale, ne perdent pas une minute pour agir. Ce dernier explique : « C'est un très beau challenge. Le résultat est plus que satisfaisant. On a essayé au mieux de respecter toutes les demandes. Les objectifs sont atteints. C'est très valorisant. »

Aux Beausoleillois de s'approprier le lieu

Le lieu est spacieux, agréable, convivial dans cette ville à nulle autre pareille, à la lisière d'une Principauté aussi fortunée que petite - mais d'abord et surtout respectée -, où la population locale, largement main-d'œuvre monégasque, est à 50 % étrangère, la culture - où même plutôt ici les cultures - sont sources de curiosité, de diversité, de richesse.

Les espaces sont pensés et construits pour unir, par l'art mais aussi le jeu. Un parcours d'exposition, une ludothèque - cœur du lieu - pour les petits (à partir de six mois), des jeux vidéos et ateliers multimédias pour les plus grands (et même les seniors), des écoles de danse, des vestiaires, pièces de stockage, cuisine…

De l'ancienne bâtisse industrielle, il ne reste qu'un monte-voiture installé au milieu d'un jardinet. Élément du passé, il est l'unique vestige du Beausoleil d'avant. C'est donc aux Beausoleillois d'aujourd'hui de donner une âme à ce Centre culturel qui semble ne demander que cela !


La suite du direct