“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le bulletin de paie électronique dans les entreprises de Monaco, c'est désormais possible

Mis à jour le 08/01/2020 à 09:23 Publié le 08/01/2020 à 10:08
En 2020, les entreprises privées de Monaco pourront décider de proposer aux salariés un bulletin de paie électronique, qu’ils seront libres d’adopter ou non.

En 2020, les entreprises privées de Monaco pourront décider de proposer aux salariés un bulletin de paie électronique, qu’ils seront libres d’adopter ou non. Photo Jean-François Ottonello

Le bulletin de paie électronique dans les entreprises de Monaco, c'est désormais possible

Depuis le 17 décembre, les entreprises privées ont la possibilité, si elles le souhaitent, de fournir aux salariés une feuille de paie dématérialisée. Un pas de plus vers la Principauté électronique.

Fini les feuilles de paie perdues! Ce rêve pourrait devenir réalité, car depuis le 17 décembre dernier, la Principauté autorise le bulletin de paie électronique.

Que les inconditionnels du papier se rassurent: le gouvernement a voulu une réglementation la moins contraignante possible. "Le système est souple, puisque la dématérialisation n’est pas obligatoire. C’est l’employeur qui peut choisir de passer au bulletin de salaire numérique et le salarié peut s’y opposer, s’il le souhaite. Tous deux ont également la possibilité de changer d’avis ultérieurement. Une flexibilité qui se retrouve également au niveau de la gestion des bulletins numériques, puisque l’employeur peut choisir de conserver lui-même les bulletins électroniques ou de recourir à un prestataire de services", nous fait-on savoir.

Une nouveauté qui semble attendue de pied ferme du côté des entreprises, comme nous l’a confié Étienne Franzi, président de l’Association monégasque des activités financières: "La dématérialisation des feuilles de paie répond effectivement à un besoin et nous nous félicitons de l’écoute dont nous avons bénéficié à cet égard de la part du département des Affaires sociales et de la Santé, ainsi que de la direction du Travail. Plusieurs de nos membres sont d’ores et déjà prêts à mettre en œuvre cette nouvelle possibilité qui nous est offerte. Les avantages attendus portent bien sûr sur diverses économies, notamment de papier, mais surtout sur des gains d’espace, la denrée rare en Principauté."

Strictement le même bulletin

Les entreprises, qui choisiraient ce système, auront deux possibilités pour faire parvenir les bulletins de salaire aux salariés, qui auraient opté pour la dématérialisation. Ils pourront leur faire parvenir un bulletin électronique directement en pièce jointe dans une messagerie sécurisée et authentifiée, ou alors proposer le stockage sur un serveur ou dans un coffre-fort numérique.

Quel que soit le moyen choisi, le gouvernement prévient clairement, le bulletin de paie ne change pas: "Il contient exactement les mêmes mentions et bénéficie de la même durée de conservation qu’un bulletin de salaire papier."

Il s’agit donc d’une démarche de modernisation, mais pas seulement, d’après le gouvernement: "Modernité, écologie et économie, pour un mécanisme flexible et protecteur; si la dématérialisation du bulletin de paie n’est pas obligatoire, elle pourrait bien être une triple bonne résolution pour l’année nouvelle."

Car une telle transition pourrait représenter à terme (quand les services publics seront également concernés, c’est-à-dire dans quelques mois) une économie de 620 000 bulletins de salaire papiers par an.

Une économie de papier réelle, quand on sait que parfois les bulletins s’étalent sur deux pages, et qu’ils sont mis sous enveloppe. Soit plus de 3 tonnes d’économie.

Toutefois, on sait aussi maintenant que l’impact carbone d’un document électronique n’est pas si neutre que ça.

Une démarche de modernité

En effet, le stockage sur un support matériel, comme un DVD, une clé USB ou un disque dur externe, n’est pas une solution véritablement pérenne, car ces objets ont une durée de vie limitée, un impact carbone à la production qui est considérable.

Les différents espaces de stockage en ligne, les clouds, sont en revanche plus fiables dans la durée. Seulement voilà, en France, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) alerte régulièrement sur la nécessité d’avoir une “hygiène digitale” et de "ne conserver que ce qui vous est utile". Car chaque octet consomme de l’énergie à sa production, lors de son stockage, et à sa consultation.

Le site d’information LCI, rapportant les propos de l’Ademe, croit même savoir que le bulletin de salaire numérique a un meilleur impact environnemental "si, et seulement si, il n’est pas lu plus de 15 minutes, s’il n’est pas stocké plus d’un an et demi et s’il n’est pas imprimé".

De son côté, dans son guide des bonnes pratiques digitales, la British Ecological Society, la plus ancienne société savante écologique du monde, rappelle même que "le papier et l’encre ont fait leurs preuves en matière de longévité… du moment qu’on se souvient de l’endroit où on les range".

En résumé, si les motivations écologiques peuvent être contestables selon les points de vue, le passage au bulletin de paie électronique constitue assurément un pas de plus vers la transition numérique, la modernité… et la possibilité de ne plus perdre ses feuilles de paie!


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.