"Le beau spectacle se cache dans les détails" au festival d’art pyrotechnique de Cannes

Le 4e feu d’artifice de cette édition est tiré ce samedi 7 août depuis la Croisette (à 22 heures) par Pyragric, société dirigée par Romain Schonfeld.

Marianne Le Monze Publié le 07/08/2021 à 17:07, mis à jour le 07/08/2021 à 17:08
Romain Schonfeld, directeur général de Pyragric. La société créée en 1935 à Lyon par son arrière-grand-père tirera ce soir le 4e feu d’artifice du Festival d’art pyrotechnique de Cannes. Rendez-vous à 22h sur la Croisette. Photo M.L.M.

Romain Schonfeld ne se lasse pas de le répéter chaque fois que l’occasion se présente: "Je suis tombé dans la poudre tout jeune". Normal, c’est son arrière-grand-père qui a fondé Pyragric.

La société basée à Lyon tirera ce samedi soir, à partir de 22 heures, le quatrième feu d’artifice du festival d’art pyrotechnique de Cannes (qui s’achèvera le 24 août). Une compétition qui engage chaque année cinq des six sociétés inscrites.

Particularités de cette édition, seules des entreprises françaises y sont engagées (Covid oblige!) sur un thème imposé: le cinéma. Une première également. Elles concourent pour une Vestale d’argent.

La baie de Cannes s’embrasera donc de nouveau ce samedi soir. Romain Schonfeld, directeur général de Pyragric depuis 2010, promet que le public sentira passer ce feu d’artifice sur le thème des comédies musicales: "Il en percevra la puissance sans problème!"

Jeux d’effets puissants

Un spectacle qu’il a voulu, avec son concepteur Edouardo Moreno, "dansant, actuel, jovial et dynamique! énumère le patron de Pyragric, société qui est venue cinq fois à Cannes et a remporté une Vestale d’argent en 1999, ainsi qu’un prix du jury en 2011. On a une belle toile avec la baie de Cannes. On va y lancer beaucoup de jeux d’effets puissants, avec pas mal de matériels synchronisés avec les musiques."

 

Et comme "le beau spectacle se cache dans les détails", il n’a pas lésiné sur les moyens. Toute son équipe, 17 artificiers, est arrivée dès le 3 août dernier et a investi les 5 barges et 7 bargettes mises à disposition par la Ville de Cannes, "pour y répartir le contenu en matériels et pyrotechnie de 3 semi-remorques", brancher et protéger minutieusement. "Chaque barge devient un gros circuit imprimé". Des heures de travail, effectuées de nuit, pour que le feu investisse parfaitement les 500mètres de façade.

"Puissance inédite du bouquet final"

"Un feu se monte par niveau. Nous allumerons les mèches à retardement de fusées jetées à la mer sur bouées qui illumineront l’eau, mais aussi des calibres de 30 mm qui monteront à 30m jusqu’à des calibres 200 mm qui fileront à 200m de hauteur", explique Romain Schonfeld qui voit le rendez-vous de Cannes comme un challenge, assez joueur finalement, mais non sans stress.

"Cannes représente un gros investissement. On a fait fabriquer spécialement pour ce feu original des produits en Europe qui assurent la pureté des couleurs, des mix chromatiques et la puissance du bouquet final qui sera assez inédit à Cannes", confie le patron de Pyragric qui fait 80% de son chiffre d’affaires les 13 et 14 juillet.


Savoir +
"Comédies musicales" de Pyragric
Ce samedi 7 août à 22 heures dans la baie de Cannes.
À voir depuis la Croisette.
Gratuit.
Port du masque obligatoire.
Prochain feu d’artifice: dimanche 15 août, tiré par la société Grand Final, autour des "B.O. de Quentin Tarantino".

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.