“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Le ballet des hélicoptères sur le tarmac de Monaco

Mis à jour le 26/05/2017 à 05:28 Publié le 26/05/2017 à 05:28
Quatre compagnies aériennes officient sur l'héliport de Monaco. Pour des tarifs, en vol partagé, oscillant entre 200 et 450 euros l'aller-retour entre Nice et Monaco.

Quatre compagnies aériennes officient sur l'héliport de Monaco. Pour des tarifs, en vol partagé, oscillant entre 200 et 450 euros l'aller-retour entre Nice et Monaco. T.P.

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Le ballet des hélicoptères sur le tarmac de Monaco

Sur l'asphalte de l'héliport, au moins 750 hélicoptères sont attendus ce dimanche. Soit un atterrissage toutes les 40 secondes. Un flux incessant qui nécessite une mécanique bien huilée

Sur le tarmac de l'héliport de Monaco, le bruit est étourdissant pour les oreilles vulnérables. Le ballet des hélicoptères, lui, est incessant pour ce premier des quatre jours de Grand Prix. « Et encore, ce n'est rien par rapport au dimanche, jour de course », fait remarquer Bruno Lassagne. Le directeur de l'aviation civile à Monaco dégaine les chiffres.

« Plus de 750 vols ont été enregistrés le dimanche de l'an passé, contre 150 pour une journée normale d'été », précise le patron de l'héliport. Pour se faire un ordre d'idée, toutes les 40 secondes, un hélicoptère posera sa carcasse métallique sur le bitume ce dimanche. Et parmi les passagers, bon nombre de VIP en provenance de Nice, Cannes ou même Saint-Tropez. Ces Very Important Person, pour qui un discret passage est prévu afin de s'exfiltrer jusqu'au circuit, à l'abri des regards indiscrets. « Il y a eu des people comme Patrick Dempsey, Will Smith, Alain Delon, Leonardo Di Caprio », liste un employé, sous couvert d'anonymat.

« Cadencer le trafic »

Dimanche, il sera sur le pont. Comme tous les autres employés de l'héliport, à qui l'on déconseille fortement de prendre des congés à cette date-là. Pompiers, contrôleurs, bagagistes, pilotes, enregistreurs, mécaniciens… « On place même un contrôleur monégasque à l'aéroport de Nice pour cadencer le trafic afin qu'il n'y ait pas trop d'hélicoptères en même temps pour se poser », poursuit Bruno Lassagne. Et pour éviter tout embouteillage dans les airs, trois plots supplémentaires ont été ajoutés sur la digue Est attenante à l'héliport, pour compléter les huit déjà existants. « Un circuit d'attente de trois minutes a aussi été créé dans l'espace aérien monégasque pour les hélicoptères qui ne pourraient pas atterrir tout de suite. »

Une chose est sûre, une fois sur l'asphalte, les oiseaux de fer ont interdiction de stationner plus de trois minutes. Le temps de déposer les passagers et les bagages et de remplir le réservoir. Contre dix minutes, en temps normal.

Côté sécurité, le dispositif a été sérieusement renforcé même si la Principauté est réputée sûre. Depuis 2015, les passagers sont systématiquement passés aux fichiers d'Interpol. « Cent pour cent des passagers sont filtrés à l'arrivée », assure Bruno Lassagne.

Y compris les VIP pour qui, parfois, la vérification d'identité se fait en amont.

« Pour le dimanche soir et le lundi, quand les gens quitteront le Grand Prix, une fouille manuelle et visuelle des sacs et un passage au magnétomètre ont été mises en place. »

Des mesures de sécurité prises depuis l'attentat de Nice et, plus récemment, de Manchester.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.