“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Laurent Nouvion : Je serai candidat si…

Mis à jour le 27/04/2017 à 05:02 Publié le 27/04/2017 à 05:02
« Si M. Valeri venait à se déclarer, ça clarifierait effectivement la situation. »
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Laurent Nouvion : Je serai candidat si…

Un an après son éviction, l'ex-président du Conseil national revient sur cet épisode, explique son rôle d'opposant et réfléchit à une éventuelle candidature aux élections nationales de 2018

Qui a dit que la politique française n'intéressait pas les Monégasques ? Avant même que ne débute l'entretien, Laurent Nouvion ne peut s'empêcher de commenter le premier tour de la présidentielle. Sans pour autant livrer le nom du candidat vers qui son cœur serait allé, s'il avait été français. En amoureux de la politique, l'ex-président du Conseil national se passionne pour l'élection française. Mais sans doute moins que pour celle qui suivra, en Principauté cette fois-ci. Dans dix mois, les Monégasques seront appelés aux urnes dans le cadre des élections nationales. Un an jour pour jour après son éviction du siège de président - il a été détrôné le 27 avril 2016 par Christophe Steiner -, nous avons voulu savoir comment Laurent Nouvion se sentait dans son costume d'opposant dans sa propre majorité sortie des urnes en 2013. Et surtout, s'il envisageait de présenter une liste aux prochaines élections nationales.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.