“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Laurent Anselmi nommé au gouvernement

Mis à jour le 25/09/2019 à 10:13 Publié le 25/09/2019 à 10:12
Laurent Anselmi a été nommé directeur des Services judiciaires le 14 septembre 2017. Il quittera son poste le 21 octobre prochain (en médaillon, Robert Gelli, son successeur).

Laurent Anselmi a été nommé directeur des Services judiciaires le 14 septembre 2017. Il quittera son poste le 21 octobre prochain (en médaillon, Robert Gelli, son successeur). Jean-François Ottonello et DR

Monaco-matin, source d'infos de qualité

Laurent Anselmi nommé au gouvernement

Après des semaines de remous, et dans le sillage du départ du juge Levrault, le directeur des Services judiciaires quitte son poste et est nommé ministre des Relations extérieures

Il ne sera resté que deux ans à la tête de la direction des Services judiciaires. Laurent Anselmi a été pris dans la tourmente provoquée par son choix de ne pas renouveler le détachement du juge Édouard Levrault en charge de l’instruction de l’affaire qui oppose Dmitri Rybolovlev et son avocate Tetiana Bersheda, d’une part, à Yves Bouvier et Tania Rappo, d’autre part.

Lui qui a succédé à Philippe Narmino, dont le départ avait également été précipité par cette même affaire judiciaire, se voit à son tour écarté du poste pour lequel le supérieur hiérarchique n’est autre que le Prince.

Robert Gelli à la tête de la Justice

Dans un communiqué envoyé hier, en fin de matinée, le Palais princier fait donc savoir que le prince Albert II nomme, à partir du 21 octobre, Laurent Anselmi au poste de conseiller de gouvernement-ministre des Relations extérieures et de la Coopération. Il succède à Gilles Tonelli qui fait valoir ses droits à la retraite.

Et déjà, le nom du futur directeur des Service judiciaires est trouvé. « Le Prince souverain (...) a formulé une demande auprès des autorités françaises visant à lui présenter plusieurs personnalités susceptibles de remplir cette fonction. Le choix du Prince souverain s’est porté sur Monsieur Robert Gelli. » Cet actuel procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence a été président de la Conférence nationale des Procureurs de la République, a été procureur de la République de Nîmes (2002-2012), puis de Nanterre (2012-2014). Il a exercé la fonction de directeur des Affaires criminelles et des Grâces du ministère de la Justice (2014-2017).

Le communiqué du Palais princier souligne également que le poste du juge Levrault, laissé vacant depuis le 1er septembre, sera bientôt occupé et qu’un troisième cabinet va à être créé.

L’instruction renforcée

« Le Prince souverain rappelle que la justice est rendue en son nom, souligne le communiqué du Palais. À ce titre, il souhaite assurer à chaque justiciable une justice impartiale, indépendante, transparente et efficace. Pour que toutes les affaires en cours d’instruction soient menées à leur terme dans les meilleures conditions, l’instruction sera renforcée par la création d’un troisième cabinet. Deux magistrats, dont un spécialiste des affaires financières, rejoindront prochainement la Principauté. »

Il reste maintenant à voir si la nomination des deux nouveaux juges d’instruction correspondra avec la rentrée solennelle des cours et tribunaux, au palais de Justice, ce mardi 1er octobre.

Hier, le Palais princier a publié un communiqué de presse expliquant les décisions du prince Albert II. Le voici dans son intégralité.

« Réaffirmant son attachement à une justice indépendante et impartiale, le Prince souverain tient à ce qu’elle retrouve la sérénité qui doit présider à son bon fonctionnement, rappelant à tous les acteurs de la justice monégasque que chacune et chacun, dans ses fonctions et dans ses actes, en porte la responsabilité.

À cette fin, le prince Albert II arrête les décisions suivantes à effet du 21 octobre 2019 : Laurent Anselmi, actuel directeur des Services judiciaires, est nommé au poste de conseiller de gouvernement-ministre des Relations extérieures et de la Coopération.

Gilles Tonelli, ayant demandé à faire valoir ses droits à la retraite, occupera cette fonction jusqu’à cette date.

Le Prince salue le travail accompli par Gilles Tonelli, haut fonctionnaire ayant exercé pendant de nombreuses années d’éminentes responsabilités au sein de son gouvernement, avec détermination et constance, au service de l’intérêt général.

Le Prince remercie Laurent Anselmi pour le travail effectué à la tête de la direction des Services judiciaires.

Le Prince souverain a mené une réflexion sur les candidats potentiels au poste de directeur des Services judiciaires. Dans ce cadre, il a formulé une demande auprès des autorités françaises visant à lui présenter plusieurs personnalités susceptibles de remplir cette fonction. Le choix du Prince souverain s’est porté sur Monsieur Robert Gelli, actuel procureur général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence.

Monsieur Robert Gelli, ancien président de la Conférence nationale des Procureurs de la République, a été procureur de la République de Nîmes (2002-2012), puis de Nanterre (2012-2014). Il a exercé la fonction de directeur des Affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice (2014-2017), avant d’être nommé à Aix-en-Provence.

Le Prince souverain rappelle que la justice est rendue en son nom. À ce titre, il souhaite assurer à chaque justiciable une justice impartiale, indépendante, transparente et efficace.

Pour que toutes les affaires en cours d’instruction soient menées à leur terme dans les meilleures conditions, l’instruction sera renforcée par la création d’un troisième cabinet. Deux magistrats, dont un spécialiste des affaires financières, rejoindront prochainement la Principauté.

Le Prince souverain réitère son entière confiance dans l’institution judiciaire. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.