“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Lauréat du concours Princesse Grace en 1981

Mis à jour le 05/09/2018 à 05:04 Publié le 05/09/2018 à 05:04
Les héritiers et une composition à la cathédrale de Monaco.	(DR)

Lauréat du concours Princesse Grace en 1981

L'histoire ne ment pas : en 1981, l'important, c'était la rose.

L'histoire ne ment pas : en 1981, l'important, c'était la rose. Au plus haut sommet de l'Etat français comme à Monaco, où la princesse Grace lançait un Concours international de roses à son nom.

Parmi les participants, Robert Barelier, « piqueur » officiel de l'horticulteur-star, Michel Kriloff. « Un dragon comme moi », se remémore Robert, qui parle aux plantes et croit autant aux astres qu'aux belles rencontres.

Ce jour-là, Robert piquera des « Lara », du nom de la fille de Michel Kriloff. Des roses « d'un rose tendre », « toutes tournées à l'endroit » car « piquer une rose à l'envers la fait souffrir », peste-t-il.

Piquées, aussi, dans de la mousse. « J'étais un des premiers à le faire, avant on piquait uniquement dans des raquettes de bois. »

Michel Kriloff reçut alors le Prix de la Meilleure qualité des végétaux.

La roseraie Princesse Grace fait aujourd'hui le bonheur des touristes.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct