“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Laura Bertani, installée au Québec: "Je suis connectée avec mes proches à Monaco"

Mis à jour le 13/04/2020 à 17:38 Publié le 13/04/2020 à 18:30
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Laura Bertani, installée au Québec: "Je suis connectée avec mes proches à Monaco"

Laura Bertani, Monégasque, vit au Québec depuis 2005. Elle y est partie pour ses études. Aujourd’hui, elle travaille et a repris des études. Quand elle a vu arriver l’épidémie au Canada, elle n’était pas vraiment surprise.

"Toute ma famille est à Monaco, j’y ai aussi des amis. J’étais donc logiquement plus conscientisée, et moins stressée. On savait par exemple que le confinement allait arriver. Quand ils ont fermé les écoles, on a compris ce qui allait se passer."

Et même dans un autre pays, sur un autre continent, le premier réflexe a été le même qu’ici pour beaucoup de gens: "On a eu droit à la razia dans les supermarchés. Les gens se sont jetés sur le papier toilette."

Au Québec, la situation reste un peu différente de celle de la France, car les sorties ne sont pas totalement interdites.

"Le gouvernement encourage même à sortir pour prendre l’air, à condition de respecter les distances de sécurité. Il faut dire qu’ici les espaces sont plus grands, on peut donc aller au parc sans croiser personne."

"Normalement c’est le moment où on ressort"

Avec les hivers rigoureux, les Québécois sont habitués à vivre longtemps en intérieur. Pourtant, tout n’est pas si simple: "C’est arrivé au moment des vacances de printemps où, traditionnellement, on voyage pour aller au soleil ou en Europe. Là, ça devient un peu difficile, parce qu’on est à la fin de l’hiver, et normalement c’est le moment où l’on ressort."

Pour Laura, la situation a été très bien gérée par les autorités: "Ils ont testé vraiment beaucoup de monde. Les gens ont pris ça très au sérieux. Les mesures de distanciation sociale n’ont pas été très difficiles à respecter, puisqu’ici les gens ont l’habitude. On ne se fait pas la bise, par exemple."

Malgré la crise, à aucun moment elle n’a envisagé de rentrer: "Je communique beaucoup avec mes proches avec les applications de messagerie. Quelques années en arrière, ça aurait été plus compliqué. Mais aujourd’hui, je suis parfaitement connectée avec mes proches. Je n’ai pas ressenti le besoin de revenir."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.