“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L’application Citymapper débarque en Principauté de Monaco. On vous explique tout

Mis à jour le 17/09/2019 à 10:30 Publié le 17/09/2019 à 09:30
L’application permet aussi de connaître l’horaire de passage des bus.

L’application permet aussi de connaître l’horaire de passage des bus. Photo Jean-François Ottonello

L’application Citymapper débarque en Principauté de Monaco. On vous explique tout

Depuis juin, à Monaco et dans les villes voisines, cette application mobile permet à ses utilisateurs de calculer l’itinéraire d’un point A à B et d’optimiser son temps dans les transports

Qui, au cœur d’une ville tentaculaire, n’a jamais perdu son chemin? Qui, dans ces labyrinthes souterrains que sont les métros, n’a pas raté la fameuse station qui permettait une correspondance idéale pour arriver à bon port?

A Londres, Berlin, Tokyo, Paris ou encore New York, le kit de survie répond au doux nom de Citymapper. Une application née en 2011, créée par un ancien employé de Google, qui permet à l’usager de calculer, en temps réel, un parcours d’un point A à un point B, tout en combinant l’éventail de transports publics (ou privés) existant.

Toutes proportions gardées avec les 39 capitales et mégalopoles du monde entier, Monaco et les villes avoisinantes de la Côte d’Azur ont intégré depuis juin l’application. On fait le point.

Quelle est l’utilité de cette application?

Clairement de simplifier la vie des usagers dans les transports publics. Après avoir téléchargé l’application sur son smartphone, l’utilisateur sélectionne "Monaco" parmi la longue liste de villes couvertes par la start-up londonienne.

Il suffit alors d’indiquer le point où l’on se trouve (ou d’activer sa géolocalisation) et de rentrer le lieu que l’on veut atteindre.

"L’application, qui agrège tous les moyens de transport, permet de faire des simulations de parcours. Il peut y avoir, par exemple, le plus rapide ou alors le moins fatigant avec le moins de marches d’escaliers. Les multiples choix permettent à l’utilisateur d’opter pour son mode de déplacement préféré", détaille Georges Gambarini, responsable du programme « Smart City » pour le gouvernement princier.

Quel est le secteur géographique?

L’application couvre une zone géographique qui s’étend bien au-delà de la seule principauté de Monaco. De la frontière italienne, c’est-à-dire Menton Garavan, jusqu’à l’aéroport de Nice, pour être précis.

Quels sont les transports intégrés dans le service?

"Tous les transports publics de la Principauté", assure Georges Gambarini. Les bus, le bateau-bus, les vélos électriques MonaBike, le service d’autopartage de véhicules électriques Mobee…

Mais aussi nos deux jambes ou encore le train et les bus français.

"Elle intègre, bien sûr, tous les transports qui permettent de rejoindre et de partir de Monaco", complète-t-il. Même la voie des airs n’est pas oubliée puisque l’hélicoptère reste aussi un moyen, certes plus onéreux, de rallier la Principauté.

Tient-elle compte des retards et perturbations?

Oui. En temps réel, même. "Tout est automatisé. Lorsque la Compagnie des Autobus de Monaco et la SNCF connaissent des perturbations, on remonte des données à l’intérieur de cette application. On est ainsi capable d’informer en temps réel d’un potentiel retard ou d’une annulation d’un train ou d’un bus."

Ainsi, l’utilisateur peut ajuster son parcours à la minute et dénicher un plan B en un clic. Les ascenseurs sont intégrés aux parcours mais les éventuelles pannes de ces nombreuses structures en Principauté n’y seront pas indiquées.

"L’année prochaine, on aura des évolutions. Il sera possible de dire à l’application que vous souhaitez un parcours sans escaliers par exemple. Cela peut être utile, notamment pour les poussettes et les personnes handicapées", ajoute Georges Gambarini.

Pourquoi cette appli plus qu’une autre?

Si le gouvernement princier a opté pour cette application, c’est que cette dernière a fait ses preuves dans le monde entier. Vingt millions de personnes l’utilisent, dont quelques centaines sur la Côte d’Azur.

"Elle est fiable, avec une puissance de calcul, d’algorithmie incomparable. Elle est participative: l’utilisateur peut juger que le parcours n’est pas le plus idéal et faire remonter l’information. Elle est ludique : elle donne l’économie carbone et le nombre de calories dépensées", argumente le spécialiste.

Information en temps réel sur les parkings

Autre fonction utile et appréciable de l’application : la possibilité pour les usagers de la route - la voiture n’est toutefois pas comprise dans l’offre de transports - de connaître en temps réel le nombre de places disponibles dans les parkings de la Principauté.


Savoir+
Pour plus d’informations sur l’application, la Direction du développement des usages numériques se tient à votre disposition au ddun@gouv.mc


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.