“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Lapidée : un théâtre engagé pour défendre la cause des femmes

Mis à jour le 30/11/2016 à 05:07 Publié le 30/11/2016 à 05:07
Lapidée est présenté à partir de demain, aux Théâtre des Muses.	(DR)

Lapidée : un théâtre engagé pour défendre la cause des femmes

Lapidée fait le procès d'une coutume barbare toujours en pratique dans bon nombre de pays au nom de la religion : la lapidation.

Lapidée fait le procès d'une coutume barbare toujours en pratique dans bon nombre de pays au nom de la religion : la lapidation. La pièce est présentée au théâtre des Muses, jeudi 1er et vendredi 2 à 20 h 30, samedi 3 à 18 et 21 heures, ainsi que dimanche 4 à 16 h 30.

Drame contemporain pour lequel les critiques de nos confrères sont très élogieuses, Lapidée est, selon Anthéa Sogno, directrice artistique, « l'un des spectacles les plus forts que j'ai pu voir dans ma vie ».

Ce spectacle interroge sur le poids des traditions et sur ces femmes qui sont réduites à l'état d'objet. L'auteur et metteur en scène Jean Chollet-Naguel : « La violence contre les femmes n'est pas l'apanage des sociétés musulmanes. Mais en terre d'islam persiste une injustice particulièrement barbare à leur égard : la lapidation. Ce qui nous a conduits à écrire et à réaliser ce spectacle. Nous avons la conviction que plus on parle de ces violations des droits de l'homme dans le monde, plus la pression augmente dans les pays qui les tolèrent, et plus les gouvernements s'efforcent de limiter les jugements expéditifs. C'est aussi un élément à verser au débat sur la tolérance et l'intégration en milieu étranger. »

La pièce raconte l'histoire de deux jeunes médecins, Aneke (Hollandaise) et Abdul (Yéménite) qui se marient et décident d'aller vivre au Yémen. Les premières années sont radieuses. Après la naissance de deux filles, Aneke décide de se consacrer à son métier et de ne plus avoir d'enfant. Mais la pression de sa belle-mère et du village devient telle qu'Abdul, pris entre deux cultures, ne reculera devant rien pour sauver son honneur vis-à-vis de sa culture d'origine, et se lancera dans un funeste dessein.


La suite du direct