“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

L’ambassadeur d’Italie à Monaco à propos du coronavirus: "Ne pas paniquer"

Mis à jour le 29/02/2020 à 17:28 Publié le 29/02/2020 à 17:25
Cristiano Gallo, ambassadeur italien, fait confiance au travail effectué par son gouvernement.

Cristiano Gallo, ambassadeur italien, fait confiance au travail effectué par son gouvernement. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L’ambassadeur d’Italie à Monaco à propos du coronavirus: "Ne pas paniquer"

Alors que l’Italie bataille contre la propagation du coronavirus, Cristiano Gallo, ambassadeur d’Italie à Monaco, souhaite rétablir la vérité sur la situation.

Pour l’Italie, c’est la double peine. Bien que la fulgurante flambée de cas de coronavirus se concentre essentiellement dans le nord de la Péninsule, c’est tout le pays qui semble désormais devoir vivre avec l’image de "zone contaminée".

Un "alarmisme" sanitaire qui inquiète jusqu’à l’autre côté de la frontière. Même si ce vent de panique n’a pas encore gagné l’ambassade d’Italie à Monaco, des mesures ont été prises dans les deux pays. La situation est sous contrôle.

Comment la communauté italienne de Monaco vit-elle l’épidémie du coronavirus en Italie?
La communauté est sereine par rapport à cette situation d’émergence du coronavirus. Bien sûr, les Italiens sont préoccupés, comme chacun d’entre nous, mais personne ne cède à la panique. Ils savent que les autorités italiennes font tout ce qu’elles peuvent pour gérer le problème au mieux. Il suffit de rester vigilant.

Avez-vous mis en place un dispositif ou des mesures pour les Italiens de Monaco?
Un canal d’informations a été mis en place pour être constamment informé de l’évolution du coronavirus en Italie. Nous continuons à prendre des mesures pour contenir cette épidémie. Maintenant, chacun doit faire attention et suivre les règles établies par l’OMS, le ministre des Affaires étrangères italien et la cellule de crise avec qui on travaille en étroite collaboration.

Comment vivez-vous cet événement dans le cadre de vos fonctions, mais aussi personnellement?
Je pense que la vérité sur la situation en Italie doit être éclaircie. Nous connaissons les risques de ce virus. Il y a eu trop de polémiques autour de ce sujet. Les médias français et italiens en parle constamment. Et l’image de notre pays a été abîmée par ces informations. Alors que la réponse du gouvernement italien sur la propagation du phénomène a été très efficace et immédiate. Des chiffres sont communiqués tous les jours. Nous avons mis sur le site de l’ambassade toutes les informations nécessaires sur le coronavirus.

Que pensez-vous de la décision prise par Christian Estrosi et Jean-Claude Guibal d’annuler le carnaval de Nice et la Fête du citron?
Le maire de Vintimille trouve cela scandaleux... La communauté italienne souffre de cette situation. Moins de personnes se déplacent et les commerces finissent par en souffrir. Je respecte leur décision mais j’ai été surpris qu’elle n’ait pas été prise avant. C’est un peu ridicule de stopper ces événements le dernier jour.

Avez-vous échangé avec le gouvernement et le prince sur cette crise?
J’ai déjà rencontré deux fois le ministre des Affaires sociales et de la Santé pour établir des mesures de précaution. Mais, je ne pense pas qu’on puisse parler de crise. D’ailleurs, un communiqué du gouvernement princier est paru jeudi sur les zones à risque dans le monde. Trois régions italiennes ont été visées: la Lombardie, la Vénétie et l’Emilie Romagne. Nous avons eu une discussion puisque je n’étais pas tout à fait d’accord avec ce qui était dit. Il faut regarder la situation factuelle. Seulement 0,05 % de notre territoire a été contaminé. Je pense qu’il est exagéré de dire aux Monégasques de ne pas se déplacer dans toute la région nord de l’Italie.

Pensez-vous, en fin de compte, qu’on s’alarme un peu trop?
On a fait 11.000 tests en Italie, seuls 4,8 % ont été positifs au coronavirus. Des patients ont déjà été guéris. D’autres sont sortis de l’hôpital. Certes, il y a une émergence du virus mais on travaille dessus pour le gérer de manière rigoureuse. Il ne faut pas paniquer et faire confiance aux autorités.


Les restaurateurs italiens travaillent au ralenti

Les restaurateurs italiens sont partagés sur les effets du coronavirus sur leur commerce.
Les restaurateurs italiens sont partagés sur les effets du coronavirus sur leur commerce. Photo A.Co.

Ces derniers jours, les restaurants italiens de la Principauté accusent le coup. L’affluence est en baisse, le coronavirus frappe à nos portes et l’Italie devient le pays d’Europe le plus touché par l’épidémie. Alors, les restaurateurs se posent des questions.

Faut-il fermer ou attendre la fin des vacances? Évidemment, il est difficile de trouver la solution d’un coup de baguette magique. Pour autant, certains restent lucides sur la situation.

"La période des vacances d’hiver est toujours une période creuse pour Monaco. Je pense qu’il ne faut pas tirer la sonnette d’alarme trop rapidement. Il est encore trop tôt pour dire si le coronavirus a eu un effet sur nos commerces", estime Pierre, responsable de la Tavernetta.

Au Caffe Milano, quai Albert-Ier, même constat. Au niveau de l’affluence, le responsable, Simone Tourbiani, ne connaît pas une période faste. Son établissement n’est pas dans une mauvaise position. Le chiffre d’affaires est habituel mais les clients ne s’y précipitent pas non plus. Difficile d’en connaître encore les raisons précises.

Les restaurateurs, en fait, s’interrogent. Certes, l’ampleur de la propagation du coronavirus inquiète une partie des touristes et des résidents de la Principauté mais il est difficile de croire qu’il est la cause de ce phénomène. Des mesures d’hygiène sont respectées, des désinfectants utilisés pour nettoyer les tables.

Malheureusement cela ne suffit pas. Certains restaurants ont eu des réservations annulées. C’est le cas d’Il Terrazzino, situé rue des Iris. Selon son gérant, "le chiffre d’affaires a chuté de 60 %", ce mois-ci. Et il en est certain, les polémiques sur le coronavirus en sont la première cause. En temps normal, ce restaurateur fait salle combe. Même les repas d’entreprises sont annulés. Les clients ont déserté sa salle de restaurant malgré la bonne réputation de son établissement.

Une situation "très pénalisante", dont les restaurateurs se seraient bien passés pendant cette période des vacances d’hiver.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.