“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La villa l’Échauguette à vendre 110 millions Une combinaison d’atouts exceptionnels

Mis à jour le 12/02/2019 à 10:05 Publié le 12/02/2019 à 10:05

La villa l’Échauguette à vendre 110 millions Une combinaison d’atouts exceptionnels

La bâtisse surplombant le vallon Sainte-Dévote est mise à la vente depuis le 1er février par Sotheby’s International Realty. Prix du mètre carré : plus de 157 000 euros !

Qui a 110 millions d’euros pour acquérir l’ancienne propriété de la famille de François Blanc, fondateur du Casino de Monte-Carlo ? Perchée sur la falaise surplombant le vallon de Sainte-Dévote, la villa l’Échauguette est à vendre depuis vendredi 1er février.

La bâtisse de quelque 700 m2 de surface habitable répartie sur 6 étages a l’immense avantage de n’appartenir qu’à un seul propriétaire et est proposée en exclusivité par CIC Immobilier Monte Carlo Sotheby’s International Realty.

Le bien comprend six chambres dont une suite parentale, une bibliothèque, un bureau, un grand salon, une salle à manger donnant sur une terrasse privée, un studio indépendant, une grande cave à vin, un garage pour deux voitures, le tout desservit par deux ascenseurs indépendants. La maison familiale comprend également l’une des plus grandes piscines privées du pays, toute en longueur sur vingt-deux mètres, un jacuzzi, un sauna et une cuisine d’été. « La terrasse de la bibliothèque au dernier étage de la villa offre un spectaculaire panorama sur Monaco, le circuit de Formule 1, le port de plaisance et le Palais Princier », note l’agence immobilière.

Le prix est-il tout de même justifié ?

Entièrement rénovée entre 2007 et 2008, L’Échauguette est en parfait état et offre aujourd’hui tout le confort moderne.

Habituellement, environ 400 ventes sont conclues chaque année à Monaco (exactement 406 en 2017) et 95 % concernent des appartements. L’immobilier est ici le plus élevé au monde : le prix moyen y est supérieur à 41 000 euros/m2 et les prix les plus hauts peuvent dépasser 100 000 euros/m2 à proximité du Casino de Monte-Carlo ou sur le circuit du Grand Prix par exemple. Mais avec L’Échauguette, le prix du mètre carré est à plus de 157 000 euros ; soit, grosso modo, 50 % de plus que les biens les plus chers. Mais c’est sans compter le jardin ! Or, quand le bien est suffisamment exceptionnel pour être quasiment unique, le prix est fonction de la rareté. C’est la loi du commerce !

Un quartier en mutation

Avec cette mise en vente, le quartier est bel et bien destiné à vivre une mutation puisqu’à un prochain changement de propriétaires à la villa L’Échauguette va également correspondre un changement d’environnement immédiat. Tout juste au-dessus de la bâtisse en vente, quatre villas sont destinées à être démolies : Les Myrtes, Ciel Bleu, Saphir-Cottage et Maria. Quatre édifices Belle Époque qui vont céder la place à un complexe immobilier composé d’un immeuble de huit appartements et trente et un emplacements de parkings, ainsi que de trois maisons individuelles (de 717 m2, 1 386 m2 et 1 489 m2).

Une nuisance certes pour L’Échauguette, le temps des travaux. Mais Deborah Dwek, à la tête de CIC Immobilier Monte-Carlo Sotheby’s International Realty, y voit un avantage : « Ce projet donnera la possibilité de disposer de plus d’emplacements de parkings. » Et Alexander Kraft, président et directeur général de Sotheby’s International Realty France - Monaco poursuit : « On le voit, les villas à Monaco sont de plus en plus rares. Cela fait de L’échauguette une villa encore plus exceptionnelle. »

Une partie de la propriété appartenait aux petits-enfants du fondateur du Casino de Monte-Carlo, François Blanc et son épouse, Marie qui a poursuivi l’œuvre de son mari. Aucun document n’a été retrouvé par Sotheby’s International Realty pour savoir si le couple qui a fait de Monte-Carlo une légende a ou non habité la villa Échauguette.

« On peut le supposer et nous continuons actuellement les recherches », souligne le président-directeur général de Sotheby’s International Realty France - Monaco Alexander V.G. Kraft.

Un bien mentionné

il y a plus de 115 ans

Au sein de la famille des petits-enfants de François et Marie Blanc, on retrouve plusieurs membres de la famille Edmond-Blanc (fondateur du célèbre hippodrome de Saint-Cloud à Paris) ainsi que des membres de l’ancienne famille de La Rochefoucauld.

La date de construction de la villa n’est pas connue. « Mais le bien a été mentionné il y a plus de 115 ans dans un ouvrage de référence de Monaco datant de 1903 », note Alexander V.G. Kraft.

« Nous sommes habitués à vendre de belles choses. Mais la villa l’Échauguette est une véritable villa familiale, avec une histoire qui retrace les plus belles heures de la Principauté, une piscine en front de falaise unique en son genre et un jardin d’environ 550 m2. » Alexander Kraft, P.-D.G. de Sotheby’s International Realty depuis plus de vingt ans l’affirme : « Il s’agit là d’une combinaison d’atouts exceptionnels. Je n’ai jamais vu ça. » En vente depuis le début du mois, la villa n’a pas encore été visitée. « Mais nous avons déjà reçu beaucoup de réactions d’acquéreurs potentiels et nous sommes en train de fixer les premiers rendez-vous. » Les propriétaires actuels sont résidents monégasques de longue date. Selon Déborah Dwek, en charge de la vente du bien donné en exclusivité à l’agence immobilière, la famille a vu les enfants grandir et le bien est devenu trop grand pour elle.

Un des caractères exceptionnels de la villa est la rénovation intérieure et extérieure. Les travaux ont duré deux ans, et se sont achevés en 2008. La qualité des matériaux, de l’aménagement et de la décoration est particulièrement fastueuse. « Elle est en parfait état. Ces villas arrivent très peu sur le marché », note Déborah Dwek. Avec un prix au mètre carré particulièrement élevé, il est fort peu probable que la bâtisse intéresse un investisseur qui solliciterait un permis de construire pour détruire ce joyau de la fin du XIXe siècle.

« C’est le bien le plus cher que nous ayons eu à la vente, confie Déborah Dwek, qui travaille depuis quinze ans chez CIC Immobilier Monte-Carlo Sotheby’s International Realty, une agence de son père. C’est agréable à commercialiser. Quelque chose d’époque, c’est rare. » Alors, après une période plutôt creuse en décembre et janvier, la jeune femme compte sur l’arrivée des beaux jours pour proposer encore un peu plus de rêve à de richissimes Monégasques ou étrangers qui voudraient installer leur famille au 4 rue Louis-Aureglia.

3Mille
La suite parentale en étage.
Un jacuzzi face à la mer.
Environ 550 m2 de terrasses et jardin bordent la villa.
Environ 550 m2 de terrasses et jardin bordent la villa. 3mille
Une piscine de 22 mètres de long.
Un salon fastueux.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct