“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

La vie reprend enfin dans les restaurants de Monaco

Mis à jour le 03/06/2020 à 13:45 Publié le 03/06/2020 à 11:06
Sous les arcades de la place d'Armes, les tables ont très rapidement trouvées preneurs.

Sous les arcades de la place d'Armes, les tables ont très rapidement trouvées preneurs. Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

La vie reprend enfin dans les restaurants de Monaco

Ce mardi à Monaco, comme en France, les terrasses ont pu accueillir des clients sur place, lesquels ont répondu présents. Tout le monde est heureux de retrouver les bonnes vieilles habitudes.

On la connaît parfois capricieuse et tempétueuse. Hier, Dame Nature n’a pas joué les trouble-fêtes pour l’acte III du déconfinement en Principauté. À peine la pause méridienne amorcée, locaux et pendulaires ont garni les terrasses - avec plus ou moins de succès, selon les endroits - pour profiter des rayons du soleil. Après deux mois et demi sous cloche. Presque une éternité. "La vie redevient un peu normale, ça nous avait clairement manqué, sourit Léa Romulus, attablée à la terrasse d’ICI Salade. Une ville sans restaurants, c’est triste. Surtout en France et à Monaco où cela fait partie de notre culture de manger dehors."

Au Huit et Demi, un peu plus bas dans la rue Princesse Caroline, Anna de Kuyper a retrouvé son adresse fétiche. "Avant le confinement, je venais trois fois par semaine. Je vis seule à la maison, alors je devais me faire une demi-heure de cuisine et je mangeais en dix minutes. Cela ne m’intéresse pas, sourit la fidèle octogénaire. Là, je prends mon temps, je suis entourée, c’est plus convivial. ça fait du bien au moral."

L’espoir que les règles sanitaires s’assouplissent

Un retour à la normale, certes, toutefois atténué par les mesures sanitaires omniprésentes qui rappellent à tout instant qu’un relâchement général est à proscrire. Cuisiniers et serveurs portent masques ou visières, parfois les deux en même temps. Les tables, quand elles ne sont pas protégées par une vitre en plexiglas, sont espacées d’1,50 mètre.

Pas plus de six personnes sur une tablée. "Les clients ont du mal à comprendre cette consigne, tout comme l’obligation de réservation, car ils font la confusion avec les mesures sanitaires de la France", explique Maggy Athlani, gérante du Huit et Demi.

La majorité des professionnels interrogés espèrent que de la quatrième phase du déconfinement découlera un assouplissement des mesures sanitaires. En résumé, que Monaco se calque au plus vite sur son voisin français*. "En attendant, si j’ai un groupe de huit personnes, je suis obligée de séparer deux tables de quatre personnes", poursuit Maggy Athlani.

Et si un groupe débarque à l’improviste? "À l’heure actuelle, je ne peux pas me permettre de refuser du monde. S’il n’y a personne, je l’accueille. S’il y a du monde, je lui prends une réservation dans le quart d’heure à venir."

Parfois, les serveurs cumulent le masque et la visière.
Parfois, les serveurs cumulent le masque et la visière. Photo Dylan Meiffret

Ici et là, avec l’accord préalable de la mairie, les terrasses se sont agrandies pour pallier la diminution du nombre de couverts à l’intérieur.

D’autres, comme Alden’T à Fontvieille, ont adapté leur business.

"J’ai dû sacrifier les places sur le comptoir à l’intérieur, car j’ai un petit local où les gens attendent. De plus, je n’ai pas la terrasse extérieure car il y a eu des travaux dans la rue, explique Yannick Colin, responsable de ce restaurant de pâtes. Je fais beaucoup de vente à emporter et je privilégie les appels téléphoniques. Mais surtout, j’ai créé un service de livraison. Quelques sociétés de Fontvieille préconisent à leurs salariés de ne pas sortir pour les pauses déjeuner."

"C’est timide"

Sur la place d’Armes, deux salles, deux ambiances. Aux halles, l’absence de tables, où l’on jouait d’ordinaire des coudes avec ses voisins, donne des airs étrangement calmes aux lieux. Un schéma de circulation invite les clients à commander pour emporter.

En revanche, sous les arcades, les tables se remplissent à vue d’œil. Néanmoins, Roberto Pasinelli, du Monaco Bar, a juste ouvert la partie bar. Le store de la pizzeria, lui, reste clos. "Aujourd’hui (lire hier), on observe comment ça se passe chez les autres. J’ouvre demain avec peu d’employés car quelques clients ont réservé mais je ne suis pas très optimiste", regrette-t-il.

À 13 heures ce mardi, les halles du marché de la Condamine sont étrangement vides.
À 13 heures ce mardi, les halles du marché de la Condamine sont étrangement vides. Photo Dylan Meiffret

"Il va falloir serrer les fesses pendant l’été car, à mon avis, on ne reprendra une activité normale qu’en septembre, analyse Gilles Delarouere, gérant de Woo. On a encore une bonne partie de notre clientèle qui est en télétravail. A 12h30, d’habitude, on est déjà plein. Là, c’est timide. C’est pour ça qu’on a un peu changé le concept et qu’on ne fait plus de service à table. Les gens prennent à emporter et mangent sur les tables qu’on a pu mettre sur les côtés et en face."

"Du sens à la vie"

À la Bionda, rue Suffren-Reymond, Fabrizio Piazza et Toufik Iarichen, deux frigoristes itinérants, goûtent à nouveau aux plaisirs de la bonne chère. "On est très heureux de se retrouver à une table de restaurant. On se lassait un peu des sandwichs et des gamelles... Surtout qu’il fallait toujours trouver un endroit pour se poser. On allait sur la digue, où il y avait beaucoup de monde. Là, en terrasse, cela donne un peu plus de sens à la vie", concluent les deux hommes avec le sourire.

*Tables séparées d'un mètre. Dix personnes maximum par table


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.