La Turbie accepte 50.000 euros par an de mécénat d'une société bien implantée sur la commune

Lors du dernier conseil municipal, la commune a décidé de signer un partenariat avec l’entreprise Somat, qui permet à celle-ci d’accomplir des actions de mécénat pour financer certains projets.

Anne-Sophie Coursier Publié le 26/12/2022 à 12:45, mis à jour le 26/12/2022 à 12:37
La société Somat exploite depuis quarante ans la carrière de La Cruella. Dès le 1er janvier, elle va nouer un partenariat avec la commune dans le cadre d’un mécénat.

À l’unanimité et sans discussion, le conseil municipal a décidé de s’associer avec la société Somat dès le 1er janvier. Pour quelles raisons ? Pour bénéficier d’actions de mécénat. Explications.

La société Somat exploite depuis plus de quarante ans la carrière de la Cruella sur la commune de La Turbie. Récemment, elle a souhaité s’inscrire dans une "démarche partenariale pérenne à travers un mécénat financier", indique la délibération présentée et adoptée lors du conseil municipal de La Turbie, lundi soir.

Ce partenariat permettra de soutenir des projets d’intérêt général tels que le développement culturel, le renforcement de l’attractivité du territoire ou sa sauvegarde.

Le mécène souhaite participer financièrement à hauteur de 50.000 euros par an à des projets que la commune aura définis en fonction de ses besoins ou des axes de développement prioritaires.

Dès le 1er janvier

Comment ce partenariat fonctionnera ? La commune présentera à la Somat une description de projets qu’elle souhaite promouvoir et la société fera un choix sur son concours. Pour chaque projet auquel la Somat apportera son concours financier, une convention devra être signée, laquelle détaillera le projet, le montant du don et les moyens de communication.

Ce partenariat débutera dès le 1er janvier 2023, pour une durée d’un an. Cette convention pourra être renouvelée chaque année et ce pendant dix ans.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.