“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La tension des derniers instants

Mis à jour le 27/05/2019 à 10:35 Publié le 27/05/2019 à 10:35
Bien peu de monde sur ce motor home d’habitude plein comme un œuf.

Bien peu de monde sur ce motor home d’habitude plein comme un œuf. L.M.

La tension des derniers instants

C’est un peu le centre névralgique des paddocks.

C’est un peu le centre névralgique des paddocks. Tous et toutes passent par la barge Red Bull Aston Martin à un moment ou à un autre.

Une demi-heure avant le début de la course, le lieu fourmille encore de beautiful people aux badges gold en pleine détente.

Peu à peu, la terrasse va se vider, comme jamais pendant cette semaine. La fréquentation change alors. Ce sont les journalistes reporter d’images et les techniciens qui prennent le relais.

Les équipements à portée de main, ils profitent de la tranquillité du lieu pour poser un peu leur matériel, et pour regarder, en tant que spectateur, le Grand Prix sur les écrans de la terrasse.

Les tours passent, et Max Verstappen, qui pilote pour l’écurie au taureau rouge, se rapproche de plus en plus de Lewis Hamilton, en tête de la course.

Alors qu’il reste 17 tours, il n’est qu’à 4 dixièmes de seconde de la première place.

L’affluence reprend. Certains en sont visiblement convaincus : Verstappen va mener Red Bull sur le podium pour la deuxième année consécutive.

Lentement, les visiteurs se rapprochent de l’écran. Certains poings se crispent. Plus que trois tours, et toujours 4 dixièmes.

Et soudain, c’est l’accrochage. C’est fini pour Verstappen qui finit quand même deuxième sur la ligne. Pourtant, il n’ira pas sur le podium. Il prend 5 secondes de pénalité, et sort du classement de tête.

À peine la course finie, Verstappen semble téléporté sur le motor home qu’il traverse d’un pas furieux, casque encore sur le crâne. Hier soir, c’est ailleurs que la fête a eu lieu.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct