“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

La sortie "Beausoleil" de l'A8 "sur de bons rails"

Mis à jour le 20/09/2016 à 05:11 Publié le 20/09/2016 à 05:11
La bretelle de sortie de l'A8 pourrait bientôt reprendre du service.

La bretelle de sortie de l'A8 pourrait bientôt reprendre du service. Jean-François Ottonello

La sortie "Beausoleil" de l'A8 "sur de bons rails"

Les élus de la Carf ont approuvé la convention d'étude en vue de la réouverture de cette voie, nécessaire au désengorgement du village de La Turbie. Une avancée conséquente dans ce dossier vieux de vingt ans

C'est un « acte fort », qui s'est joué, hier soir, lors de la séance de rentrée du conseil communautaire de la Riviera française*. Dixit Jean-Jacques Raffaele, le maire de La Turbie, très heureux d'être l'acteur et le rapporteur auprès de ses collègues élus de l'avancement positif (enfin !) de ce projet de réouverture de la bretelle d'autoroute située au niveau de l'aire de Beausoleil.

Car, hier soir, a fait remarquer le premier magistrat turbiasque, il ne s'agissait pas de voter une « énième motion » pour défendre encore bec et ongles la remise en service de cette voie propre à réguler le trafic routier jusqu'à la Principauté de Monaco et désengorger le petit village perché, mais bel et bien d'approuver une convention cadre avec les différents partenaires pour la réalisation d'études allant véritablement dans le sens d'un réaménagement des lieux. « Le projet est sur de bons rails ! » s'est enthousiasmé l'élu.

"Je me suis battu de toutes mes forces"

Une avancée significative dans ce dossier bloqué depuis des décennies et porté, haut et fort, successivement par les élus de l'est du département, et notamment ces dernières années, par le maire de La Turbie.

Tous les jours, 11 000 véhicules transitent en effet par son village pour rejoindre Monaco. « Je me suis battu de toutes mes forces » se rappelle Jean-Jacques Raffaele, qui avait d'ailleurs organisé le 1er juin 2015 une manifestation, aux côtés d'élus locaux, pour demander la remise en service immédiate de cette bretelle située entre les sorties de La Turbie et Menton, dans le sens France/Italie (lire ci-dessous).

Une mobilisation qui n'est pas passée inaperçue et semble avoir porté ses fruits finalement, après quelques mois d'incertitude et d'inertie.

En avril dernier, c'est un courrier émanant du secrétaire d'État chargé des transports qui remet du baume au cœur à l'élu. L'État affirmant en effet la nécessité de l'ouverture de cette voie autoroutière décidait « de demander à Escota de préparer la réalisation d'un dossier de demande de principe. Cette étude vise à établir un ou plusieurs scénarios techniques d'aménagement de la bretelle de Beausoleil réalisables et devra apporter le détail des coûts et contraintes techniques associés, notamment du point de vue de l'exploitation autoroutière ».

Aujourd'hui, tous les partenaires sont prêts à s'asseoir à la même table et se trouvent dans le même esprit pour que ce projet se concrétise.

Des travaux courant 2017 ?

La convention cadre de partenariat, pour laquelle, hier soir, les élus de la communauté d'agglomération de la Riviera française, ont voté, une participation de 10 000 euros, devra aboutir à la réalisation d'une étude définitive. Elle sera conduite par la société d'autoroute Escota en collaboration avec l'État.

Les autres partenaires de cette convention d'études estimée à 150.000 euros TTC sont le Conseil départemental des Alpes-Maritimes, la Métropole Nice Côte d'Azur et la Principauté de Monaco.

Elle devra déterminer les aménagements nécessaires à cette réouverture (rond-point en haut de la bretelle…), ainsi que la réalisation de trois carrefours sur la commune de Cap-d'Ail pour améliorer la fluidité du trafic en sortie du tunnel de Monaco.

Et face aux élus, hier soir, le maire de La Turbie s'est avancé sur les délais : « Les études devraient être finalisées à la fin novembre et le dossier déposé en décembre. Les travaux pourraient commencer au cours du premier semestre 2017. C'est en tout cas le vœu que je formule de tout cœur. Ce n'est peut-être pas une potion magique contre tous les maux de la circulation, mais cela va sans doute lever les problèmes de traversée du village ».

Les raisons de la colère

Le 1er juin 2015, le maire de La Turbie s’est entouré d’élus locaux (députés, sénateurs, conseillers départementaux, maires) pour crier sa colère et demander la réouverture de la bretelle.

À ses côtés, Eric Ciotti, le président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes est venu lui apporter son soutien.

Dans la foule, des pancartes : «Bouchons = pollution», «Nos enfants sont en danger»…

Exaspéré par «cette situation d’asphyxie devenue ingérable pour les habitants du village de La Turbie», Jean-Jacques Raffaele explique: «Tous les matins, le tunnel de l’A500 est embouteillé.Entre 7h30 et 9 h, il est fermé au moins douze fois, conformément à l’arrêté préfectoral qui demande de le boucler à partir de 100 mètres de bouchon.Toutes les voitures se déversent dans La Turbie, le centre-ville est saturé…».

D’autant que, avance-t-il, cette voie autoroutière, dont il réclame la remise en service, «a déjà été ouverte à la circulation de 1989 à 1995 et n’a jamais enregistré d’incident».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.